Joséphine Mountou-Bayonne inhumée au Mausolée Marien-Ngouabi

0
583

La dépouille mortelle de la sénatrice Joséphine Mountou-Bayonne, décédée le 24 octobre à Paris, en France, à l’âge de 93 ans, sera portée en terre ce 18 novembre, au Mausolée Marien-Ngouabi, à Brazzaville. Arrivée le 16 novembre à l’aéroport international Maya-Maya, elle a été accueillie au plus haut sommet de l’Etat par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso.

Avant d’être portée en terre au Mausolée Marien-Ngouabi, aux côtés d’autres membres influents du Parti congolais du travail (PCT) décédés, l’icône congolaise de la lutte pour l’émancipation des femmes a reçu des hommages dignes de la nation, en présence du président de la République.

Peu avant, le Sénat, au sein duquel Joséphine Mountou-Bayonne a œuvré, pendant des décennies, a organisé une exposition photos pour se souvenir des merveilleux moments que la disparue a passés dans cette institution, mais aussi des loyaux services qu’elle a rendus à la nation congolaise.

La cérémonie animée par le président de la chambre haute du Parlement, Pierre Ngolo, a connu la participation du Premier ministre, chef du gouvernement, Anatole Collinet Makosso, et du secrétaire général du PCT, Pierre Moussa. L’exposition photos, numériques et analogiques, organisée dans la salle des banquets du Palais des congrès, retrace essentiellement le passage de l’illustre disparue dans la chambre haute du Parlement.

« C’est un hommage solennel que nous rendons ce jour à une femme qui marquera pour longtemps l’histoire politique de notre pays, s’agissant de l’émancipation de la femme et de son engagement en politique et son intégration dans les sphères de prise de décisions. On se souviendra que c’est sous cette grande dame, lorsqu’elle dirigeait l’URFC, qu’une femme a intégré le gouvernement pour la première fois. C’est aussi Joséphine Mountou-Bayonne, en tant que sénatrice qui, lors de la guerre du 5 juin 1997, avait réuni autour d’elle des femmes politiques et parlementaires pour publier une déclaration appelant à la cessation des hostilités », a témoigné Anatole Collinet Makosso.

Parlant de son engagement en politique, notamment au sein du PCT, Pierre Moussa a indiqué que Joséphine Mountou-Bayonne fut une femme exceptionnelle.

« Joséphine Mountou-Bayonne a traversé les périodes difficiles qu’a connues notre parti mais malgré tout, elle n’a pas fait des va-et-vient. Elle était attachée au parti et fut une camarade très engagée et déterminante dans notre formation politique », a souligné Pierre Moussa. A la fin, les trois responsables ont signé le livre de condoléances ouvert à cet effet.

Le PCT France lui a rendu un vibrant hommage

Avant que sa dépouille mortelle ne décolle pour Brazzaville, les membres et sympathisants du PCT de France ont, eux aussi, dit adieu à Joséphine Mountou-Bayonne, lors d’une cérémonie solennelle. L’hommage a été rendu en présence de l’ambassadeur du Congo en France, Rodolphe Adada; de l’épouse du chef de l’Etat, Antoinette Sassou N’Guesso; et du président de la fédération PCT-Europe, Anatole Guy Elenga. Une manière pour cette fédération d’exprimer à la défunte sénatrice son amour infini pour des services rendus à leur parti.