Unité nationale : tous les postes régaliens et régies financières ne sont réservés qu’aux nordistes

0
1361

Dans la bouche du PCT et sa hiérarchie nordiste on entend la phrase « unité nationale et la paix » à chaque fois que leurs bêtises sont étalées sur la place publique. Pourtant en réalité, le Congo est otage d’un clan qui joue sur la fibre tribale pour conserver son pouvoir. A titre d’exemple, depuis 1997, aucun sudiste n’a occupé un poste régalien ni dans les régies financières. Ce sont des postes réservés exclusivement aux nordistes avec les résultats que l’on sait tous. Le clan Mbochis a tenté en vain a réduire au néant l’élite sudiste qui prouve avec la réalité du pays qu’elle peut mieux gérer le Congo. Les vrais tribalistes du Congo sont au pouvoir et aiment crier sur ceux qui le leurs reprochent.

Depuis que Denis Sassou Nguesso a réussi son coup d’État et règne en maître au Congo, il a toujours réservé tous les postes régaliens aux nordistes ( Mbochis en particulier ). Il a instauré la politique de la chosification du sudiste bien que cela ne lui réussi toujours pas. Les ministères des finances, de la défense, Affaires étrangères, de l’intérieur, des mines, de la justice sont l’exclusivité des nordistes et quand il met un Vili dans la gestion du pétrole, il n’est qu’un simple figurant.

Dans les forces de défense et de sécurité, toute la chaîne de commandement est assurée par les officiers nordistes. Pis encore, les officiers nordistes sont déployés dans le sud pour commander les zones militaires et établir une domination militaire nordiste. Sur 100 % des nominations dans l’armée, 80 % voit la promotion des militaires nordistes. Pour Sassou, les vrais militaires sont des nordistes qui pourtant refusent chaque fois de répondre aux provocations de l’Angola.

Et que dire des régies financières qui sont dirigées en grande majorité par les nordistes. Une prise en otage au vu et su de tous qui n’empêche pas le clan Sassou de parler de l’unité nationale et du vivre ensemble.

A Cuba, sur les 2000 étudiants envoyés en formation, 1800 sont nordistes et il en est de même sur la plupart des bourses à l’étranger de l’État. Pointe-Noire et le Kouilou qui renflouent les caisses du pays sont dans un état d’abandon incompréhensif alors que les localités d’Oyo et Edou qui n’apportent rien à la république bénéficient d’une attention particulière.

En réalité, Léonidas Mottom n’a fait que dire tout haut ce que le clan du nord dit tout bas. Le congolais du sud est perçu comme un ennemi qu’il faut humilier et marginaliser dans la gestion du pays. Pour tenter de se faire bonne conscience, quelques vendus sudistes sont récupérés dans le système. Et tous ses sudistes qui complotent contre le pays avec le clan Mbochis ne s’intéresse jamais à leurs localités. Les cas Pierre Mabiala à Makabana, Moungall à Sibiti, Collinet et Thystère dans le Kouilou et autres dans la Bouenza et le Pool.