Pots-de-vin : les cadres congolais appelés au « ressaisissement »

0
707

La République du Congo entend intensifier la lutte contre la corruption dans ses administrations. Le Chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso a exhorté, ce lundi 28 novembre, les cadres à contribuer à l’amélioration de la gouvernance publique.  

Améliorer la gouvernance publique a constitué l’un des principaux axes du Message sur l’état de la Nation du président de la République, Denis Sassou Nguesso, ce lundi 28 novembre. 

Dans son allocution, Denis Sassou Nguesso a exhorté les cadres de chaque département ministériel à lutter contre la corruption, en vue de rassurer les investisseurs. 

« Nous appelons, une fois de plus, au ressaisissement de nos cadres, pour s’abstenir de toute attitude rétrograde, de nature à décourager nos investisseurs, en subordonnant l’accomplissement d’un acte ou d’un service administratif au paiement d’une commission », a déclaré le Chef de l’Etat. 

Pour lui, l’ « intensification » de la lutte contre la corruption, la fraude et la concussion, à travers la consolidation de la bonne gouvernance au sein de l’appareil étatique en général et judiciaire en particulier, reste l’un des leviers majeurs pour rassurer les partenaires au développement.

« La mobilisation de l’investissement privé participe d’un ensemble de préalables liés à l’attractivité du climat des affaires ainsi qu’à la crédibilité et l’image de marque de notre pays », a-t-il souligné. 

Dans la même veine, le président de la République a exhorté également notre justice à un « réel réajustement des comportements, des attitudes et des pratiques des personnels en charge de dire le droit au nom du Peuple congolais. »

Ce discours a été une occasion donnée à Denis Sassou Nguesso de réaffirmer son engagement à lutter contre le niveau accru de corruption dans l’administration congolaise. 

« La tenue de la prochaine session du Conseil supérieur de la magistrature offrira l’occasion de mettre un coup d’arrêt à ces pratiques qui risquent de ruiner des pans entiers de l’économie nationale », a-t-il conclu.