Pandora Papers: pourquoi le clan Sassou se moque de Thierry Moungalla ? « C’est un vrai tintin sans Milou!»

0
1618

La diffusion ce jeudi 07 octobre sur France2 d’un documentaire que les magouilles de Denis Sassou Nguesso a été précédé par l’interpellation et garde à vue de son conseiller Lucien Ebata à l’aéroport du Bourget en possession d’une forte somme d’argent et surtout de la publication de l’enquête de Pandora Papers qui a éclaboussé directement le chef de l’État Congolais. Dans sa précipitation de novice, le porte parole du gouvernement a supplié son ami correspondant de RFI au Congo pour apporté un démenti ferme sur ces accusations. Une intervention qui a suscité des moqueries de certains membres du clan qui estiment que Moungalla agi en excès de zèle comme un TinTin sans Milou.

«Ce bavard était-il obligé de parler ? » s’est interrogé un baron du régime qui ne comprend pas pourquoi Thierry Moungalla aime trop se faire ridiculiser. Pour un autre, il le fait juste pour plaire à Sassou et ne pas être remercié du gouvernement dans lequel il a un bilan très nul.

Les sorties médiatiques de Thierry Moungalla taxées de folkloriques par le noyau dur d’Oyo commencent à énerver au point qu’il lui a été rappelé à l’ordre. Dans leur fond intérieur, le clan d’Oyo sait que les révélations de Pandora Papers sont fondées, mais Moungalla est passé sur RFI pour démentir une vérité et cela est mal perçu au sein du clan qui aurait opté pour le silence.

Cette bêtise de Moungalla a poussé la présidence à rédiger un communiqué maladroit épousant la version du porte parole du gouvernement. Ce dernier qui n’est juriste que de nom a promis dans ses balivernes de saisir la justice alors qu’il est bien conscient du sérieux de ce consortium des journalistes.

Il sied de rappeler que c’est pour la première fois que des révélations de ce genre touchent directement Denis Sassou Nguesso et non son entourage. Et Moungalla a voulu juste jouer gros, mais le clan n’est pas passionné comme avant pour avaler des démentis à la con du porte parole du gouvernement.