La candidat Mbousi Ngouari recalé

0
898

L’ancien rebelle de la Bouenza n’a pas réuni toutes les pièces exigées.

La cour constitutionnelle a rejeté la candidature à l’élection présidentielle de Michel Mboussi Ngouari, à la tête d’une petite formation politique, le Mouvement national pour la libération du Congo (MNLC). La cour a jugé non conformes le certificat médical et le certificat de moralité fiscale du pré-candidat.

En plus, les spécimens de sa signature, fournis dans le dossiers, ne se conforment pas, selon la cour constitutionnelle qui n’a pas hésité d’écarter sa candidature.

Déjà candidat malheureux en 2016, Mboussi Ngouari n’avait récolté que quelque 3.000 voix à la présidentielle, soit 0,24% des suffrages exprimés. Il était porté par la coalition COPAR.

En 2017, Mboussi Ngouari a été le troisième larron, vainqueur des élections législatives à Mouyondzi, sans Claudine Munari. Il a été élu au deuxième tour, soutenu par tous les autres candidats échoués au premier tour, y compris celui de l’UPADS. L’objectif était de faire bloc contre un jeune candidat, Kihouari, soutenu par la ministre Lydia Mikolo.

Entre 1998 et 1999, Michel Mboussi Ngouari a été chef rebelle dans la Bouenza. Connu sous le nom de Paul Mouleri, il a tenté de tomber le régime de Denis Sassou N’Guesso par les armes.

Désormais, sept candidats sont lice pour la présidentielle des 17 et 21 mars prochains. Il s’agit de Albert Oniangue, Anguios Ngangia Engambe, Dave Mafoula, Denis Sassou N’Guesso, Guy Brice Parfait Kolelas, Joseph Kignoumbi Kia Kiamboungou et Mathias Dzon.


@Arsène SEVERIN