Les Mbochis envisagent de déclencher les hostilités dans le Pool et Niari pour régler leurs propres comptes.

0
3164




Le clan de l’Alima qui a pris le Congo en otage , a peur de s’affronter directement et chercherait un prétexte dans la partie Sud du pays. Au Sud, personne n’a déclaré détenir des armes ni avoir des hommes, mais le pouvoir a décidé de militariser la zone. En réalité, selon un officier originaire de Makoua, les Mbochis veulent déclencher une diversion dans le Niari et le Pool pour se faire la guerre à Brazzaville. Ils se sont déjà ciblés et n’attendent que l’occasion.




C’est pourtant à Oyo que JDO s’est vanté d’avoir des armes et des hommes pour répondre au clan Nianga Mbouala. En quoi alors le Pool et le Niari devraient devenir des champs de bataille de la bêtise du clan de l’Alima ? Les deux Mbochis vivent bien à Brazzaville où le chef du clan peut bien les réunir pour les entendre sans chercher des boucs émissaires.

Des colonnes des militaires ont pris position dans le Pool et le Niari pour faire face à une prétendue déstabilisation des institutions dont les acteurs sont de la Cuvette. JDO et Nianga Mbouala auraient peur de se neutraliser mutuellement méconnaissant les soutiens réels de chacun.




Un climat de méfiance qui a poussé les stratèges d’Oyo de déplacer leur conflit dans le Sud du pays afin de profiter de l’état de guerre pour régler leurs comptes à Brazzaville. Selon le même officier de Makoua, le clan Nianga Mbouala s’est rendu compte que l’unité d’élite de la Police contrôlée par Jean François Ndenguet est mieux formée que la DGSP et surtout très fidèle au clown d’Obouya, lequel est proche de JDO.

Nombreux sont les officiers et hommes de troupe qui sont très redevables à JDO et qui seraient prêts à le défendre coûte que coûte. Les Mbochis de la zone Oyo-Edou sont minoritaires et seraient entrain de chercher une riposte adaptée à leur plan.

Confiné dans son palais, Denis Sassou Nguesso, tente de jouer au grand stratège avant de mettre en exécution son plan qui aboutirait à la neutralisation d’un des deux clans en conflit.Des policiers proches de Nianga Mbouala ont molesté les sénateurs et déchiré leurs Laissez-Passer pour juste envoyer un signal fort à la bande de JDO dont ferait partie Pierre Ngollo.




Soupçonnés d’être des pions de JDO dans le Pool, les Ex Ninjas Pablo et L’indien ont tout de suite démenti à travers des vidéos publiées sur les réseaux sociaux vouloir participer à un putsch. Des démentis qui auraient coûté au commandant Bangui des heures d’audition à la DGST. Il n’ y aucun putschiste, idiot fut-il, qui peut déclencher sa folie depuis ses positions dans Sud du pays. Les armes et les hommes dont on a parlé JDO se trouvent bel et bien dans la partie Nord du pays. Il y a deux ans que ce média l’avait publié pourtant.