Des Ninjas prévoyaient tuer Firmin Ayessa soupçonné de complicité dans l’assassinat de Parfait Kolelas

0
1818

C’est au cours d’un meeting à Owando lors de la présidentielle de mars 2021 que le ministre Firmin Ayessa a tenu des propos menaçants envers le candidat Guy Brice Parfait Kolelas qui allait succomber quelques jours plus tard dans un avion médical lors de son évacuation vers la France. Pour les Ninjas, il était clair que ce dernier savait quelque chose sur l’assassinat de ce fils de Bernard Kolélas. Une opération suicide a été planifiée pour rendre la monnaie et mettre la fin à la vie ce ministre d’État. C’est le pasteur Ntumi en personne qui est intervenu pour annuler la dite vengeance.

Les Ninjas avaient déjà tous les éléments pour mettre en pratique leur vengeance contre le ministre Firmin Ayessa qu’ils ont pris en filature pendant deux semaines. Un coup bien propre qui devrait l’emporter lui, son chauffeur et quelques éléments de sa garde. Le coup était tellement bien ficelé que le spectre d’une lutte au sein du clan allait planer entre les membres dédouanant ainsi une main externe.

Mais le pasteur Ntumi qui a appris à la dernière minute cette opération a fait venir son auteur intellectuel pour lui faire voir les risques d’embrasement qui pouvait y découler. Pour lui, le Pool n’avait plus besoin des tensions et qu’il était fort probable que les Mbochis bien que confus sur les auteurs trouvent au département du Pool un bouc-émissaire.

L’assassinat du ministre Firmin Ayessa devrait avoir lieu dans le cinquième arrondissement dans un endroit où il se rend souvent. Les Ninjas avait déjà infiltré le lieu et organisé aussi leur fuite.

Pour les fidèles de Guy Brice Parfait Kolélas, quelques membres du pouvoir sont bel et bien responsables de son décès et la vengeance est toujours leur projet. Une liste des bourreaux du fils de Bernard Kolélas circule discrètement parmi les Ninjas.

Depuis l’humiliation dans la circonscription de Makélékélé 2 avec l’élection comme député du fils de Firmin Ayessa, ce plan d’assassinat semble avoir refait surface. « On ne peut pas continuer à subir tant d’humiliations de nos bourreaux » a confié un membre de ce commando après la confirmation de la victoire du fils Ayessa.