[Analyse] :Le maillage du Congo en infrastructures de base est un échec

0
756

Contrairement au Congo dont le sous sol regorge des hydrocarbures qui sont mal exploités et les revenus tirés de leur vente sont mal gérés. Les Émirats arabes unis n’ont pas beaucoup de pétrole mais ils ont des idées. Avec la manne pétrolière ils ont pu doter leur pays des infrastructures ultra modernes et pérennes. Le coût de la construction de la ville de Dubaï est estimé à 108 milles milliards de dollars américains. Au Congo, la nomenklatura a détourné 222 milles milliards de dollars américains de la rente pétrolière soit deux fois la somme d’argent dépensée par les Émiratis pour bâtir la ville de Dubaï.

Qu’est ce qu’a conduit le gouvernement et sa direction générale des grands travaux à l’échec?.

Parmi les nombreuses causes de ce cuissant échec,il y a l’improvisation,la précipitation,l’amateurisme et surtout le manque d’organisation en amont de toute la structure préalable au lancement de toutes les activités de la construction.

Il fallait tout d’abord organiser l’ossature même de la structure qui allait s’occuper de la construction:

1-lancer un appel international et national à tous les cadres et techniciens Congolais du génie civil et de la construction pour une réunion débat qui allait aboutir à la formation d’une commission technique nationale chargée d’élaborer les textes et règles qui allaient gouverner le domaine de la construction (standards, les normes etc).

2-Création simultanement d’une grande sociéte d’état de la construction chargée d’exécution des travaux et la maintenance des infrastructures et un bureau d’études chargé d’écrire les projets,contrôle et leur suivi, respectivement avec leurs antennes sur toute l’étendue du territoire national.

3-Equipement de la sociéte d’état et le bureau d’études en moyens mécaniques,techniques et humains recrutés sur base de compétences.

4-Mise en place des unités de production de matériaux de la construction.

5-Création des écoles de métiers de la construction.

6-Création de la banque de la construction avec un personnel recruté sur critère de compétence et de l’intégrité morale dont l’opération principale est d’éffectuer les paiements des travailleurs de l’état du secteur de la construction et les factures préalablement verifiées des entreprises sous traitantes ayant realisées les travaux pour le compte de l’état.

7-Mise en place d’un bureau d’audit interne pour le contrôle mensuel du fonctionnement de toutes ces structures,chapeauté par un cabinet d’audit indépendant,compétent chargé lui aussi de réaliser les audits plus approfondis de l’ensemble de la structure et la revue des rapports des audits du bureau interne ainsi émettre un rapport final validant ou non les activités de la structure générale.

Le gouvernement des gens du chemin d’avenir et leur direction générale des grands travaux proclament haut qu’ils construisent. Je dis non, ils bricolent et dans un désordre absolu. Devant cet échec on est quand même surpris de voir un trophée de complaisance décerné à Mr Sassou Denis, le prix grand bâtisseur Babacar Ndiaye 2024 pour l’aménagement des autoroutes au Congo. Vraiment une escroquerie car au Congo il n’y a aucun autoroute.

Je souligne que le gouvernement doit mettre au point un bureau d’études national qui va élaborer les schémas directeurs,la conception,la planification et le développement des projets.

Ainsi que la mise en place d’une société nationale de construction qui exécutera ces projets conçus par le bureau d’études national avec le travail concerté de sociétés privées congolaises et la coopération des sociétés internationales.

Les projets doivent vraiment justifier leur raison être telle que sociale,culturelle ou économique.

Le fils du pays

Ingénieur Civil des Constructions