Les États-Unis accusent la Russie de préparer une action militaire contre l’Ukraine

0
956

Sergueï Lavrov et Anthony Blinken se rencontrent ce jeudi 2 décembre à Stockholm en Suède. Au centre des préoccupations du chef de la diplomatie russe et de son homologue américain, la situation et les tensions en Ukraine. Ce mercredi à Riga, Antony Blinken a déclaré avoir des « preuves » que Moscou prépare des « actions agressives » contre le territoire ukrainien.

C’est la première fois depuis quatre ans que les ministres des Affaires étrangères russe et américain vont se retrouver à la conférence ministérielle de l’OSCE, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Et ils se parleront en marge de la rencontre. Mais ce rendez-vous intervient dans un climat extrêmement tendu.

Ce mercredi, au cours de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Otan à Riga, à la veille de sa rencontre avec son homologue russe, le secrétaire d’État américain a accusé Moscou de réunir « des dizaines de milliers [de soldats] de forces de combat supplémentaires » près de la frontière avec l’Ukraine. 

« Nous sommes profondément préoccupés par les preuves que de la Russie prépare d’importantes actions agressives contre l’Ukraine, a déclaré Antony Blinken. Ces plans incluent des efforts pour déstabiliser l’Ukraine de l’intérieur, ainsi que des opérations militaires à grande échelle. »

« Alors nous ne savons pas si le président Poutine a décidé d’une invasion, a poursuivi le chef de la diplomatie américaine. Mais nous savons qu’il prend des dispositions pour le faire rapidement s’il le décide. Donc malgré les incertitudes sur les intentions et le calendrier, nous devons nous préparer à toutes éventualités tout en veillant à ce que la Russie fasse marche arrière. »

Washington prévient Moscou de sanctions en cas d’agression

Les États-Unis promettent de faire payer à la Russie « un prix élevé » si elle passe à l’acte, dressant la perspective de sanctions économiques douloureuses. « Nous avons clairement fait savoir au Kremlin que nous répondrons résolument, y compris par des mesures économiques à fort impact que nous nous sommes abstenus d’utiliser jusqu’ici », a prévenu Antony Blinken.

Le chef de la diplomatie américaine a insisté sur le fait que « la diplomatie est la seule manière responsable de résoudre cette crise potentielle. La voie la plus sûre pour la diplomatie, c’est que la Russie et l’Ukraine reprennent le dialogue dans le cadre des accords de Minsk qui visent à mettre fin au conflit armé dans l’est de l’Ukraine. »

Les alliés occidentaux de Kiev tirent la sonnette d’alarme depuis le mois dernier concernant un nouveau renforcement des troupes russes aux frontières de l’Ukraine et une éventuelle invasion hivernale.

Moscou, qui s’est emparé de la Crimée en 2014 et est accusé de soutenir les séparatistes qui combattent Kiev, a nié préparer une attaque et reproche en retour à l’Otan d’attiser les tensions.

Qui provoque qui ? 

À cette question, la Russie n’a qu’une seule réponse répétée en boucle toute la journée de ce mercredi par tout son appareil diplomatique : c’est l’Ouest qui menace et qui est responsable des tensions.

Des dénégations-accusations venues d’abord de la porte-parole de la diplomatie russe, rapporte notre correspondante à Moscou, Anissa El Jabri. Pour Maria Zakharova, c’est « l’armée ukrainienne qui renforce ses capacités militaires, en faisant venir des équipements lourds et des soldats » dans l’est du pays. 125 000 soldats, dit-elle. 

À quelques heures de sa rencontre avec son homologue americain, Sergueï Lavrov a, lui, fustigé mercredi la politique « destructrice » des pays de l’Otan, qui « cherchent à attirer l’Ukraine dans leur orbite et à la transformer en pays anti-russe ». Moscou, dit le ministre des Affaires étrangères, « continuera de répondre à toute démarche inamicale ».

Poutine veut des « accords concrets »

Enfin, cela fait 48 heures que dans chacune de ses nombreuses interventions, Vladimir Poutine rappelle encore et toujours les lignes rouges de la Russie : pas de présence de l’Otan à ses portes.

« Nous sommes préoccupés non seulement par les actions non coordonnées de la communauté internationale et son incapacité à s’unir pour faire face à des questions vraiment urgentes, mais aussi par les attitudes des partenaires de notre pays, a déclaré le président russe. Ils essaient de faire pression avec des sanctions et d’intensifier les tensions près de nos frontières. Il suffit de voir à quel point l’infrastructure militaire de l’Otan est proche de la frontière russe. Tout cela nous semble plus que sérieux. La Russie prend les mesures militaro-techniques pertinentes dans les circonstances. »

Et il poursuit : « Nous n’avons menacé personne, et toutes les accusations portées contre nous dans le contexte de la situation actuelle où les tentatives de rejeter la faute sur nous, sont pour le moins irresponsables. »

Le président russe réclame des « accords concrets » empêchant l’élargissement de l’Otan vers l’Est et le déploiement de ses systèmes d’armement près des frontières russes, en proposant de lancer des négociations sur ce sujet.

« Dans le dialogue avec les États-Unis et leurs alliés, nous allons insister sur des accords concrets qui excluent toute autre avancée de l’Otan vers l’Est et à proximité immédiate du territoire de la Fédération de Russie », a ajouté Vladimir Poutine.

Ces mots sont à la Une de tous les médias d’État. Vladimir Poutine qui propose sur ce sujet des pourparlers avec les États-Unis. Bien sûr, les appels du pied du président ukrainien pour une conversation sont, eux, systématiquement ignorés.

Nervosité en Ukraine

Volodymyr Zelensky avait la mâchoire crispée lorsqu’il a abordé le volet diplomatique et sécuritaire de son discours, prononcé mercredi 1 er décembre, devant le Parlement ukrainien, à l’occasion solennelle des 30 ans du référendum d’indépendance de 1991 : « Nous ne pourrons pas arrêter la guerre sans négocier directement avec la Russie, nous devons nous parler et ne pas avoir peur », a-t-il ainsi déclaré, visiblement nerveux, alors qu’une partie de ses adversaires politiques, mais également une part importante de l’opinion, refuse tout compromis avec le Kremlin au détriment de la souveraineté de l’Ukraine.

Zelensky, dit encore notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan,  a également décoché une flèche en direction des Européens, estimant qu’il était facile de deviner ceux qui soutenaient l’indépendance de l’Ukraine et ceux qui faisaient semblant. Une critique implicite aux Allemands et dans une moindre mesure aux Français, alors que le processus de paix dit de Normandie parrainé par Berlin et Paris est au point mort, mais que pendant ce temps d’autres partenaires comme la Grande-Bretagne ou la Turquie, ont récemment engagé des traités de coopération militaire avec l’Ukraine.

Seulement, la main tendue de Zelensky a fait ni chaud ni froid à Moscou, où le chef de la diplomatie russe, Sergei Lavrov, intime au président ukrainien d’accorder d’abord une reconnaissance politique aux séparatistes. Mais, plus que le Donbass, c’est désormais la coopération militaire renforcée de Kiev avec Washington, Londres et Ankara, qui semble une ligne rouge pour les Russes, tandis que l’Ukraine a le couteau sous la gorge dans un grand jeu politique Est – Ouest.