Les députés s’indignent suite aux cas de décès survenus dans nos commissariats

0
774

Le gouvernement a été interpellé par l’Assemblée nationale, ce 17 décembre sur les conditions de détention dans les commissariats. Les députés se sont indignés suite aux multiples décès déplorés dans les commissariats de Brazzaville au cours de ces trois dernières années. 

Les députés ont eu une séance de travail avec quelques membres du gouvernement conduits par le Premier ministre Anatole Collinet Makosso. C’était ce vendredi 17 décembre au Palais des Congrès lors d’une séance de Questions Orales placée sous l’autorité du président de la Chambre basse, Isidore Mvouba.

Abordant les questions d’actualité, les représentants par le truchement de Jeremy Lissouba, député et président du groupe parlementaire de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), ont évoqué la problématique du respect des droits humains dans l’univers carcéral.

Il a notamment épinglé le décès de 13 jeunes survenu dans la nuit du 22 au 23 juillet 2018, dans le commissariat de Chacona au quartier Mpila dans le sixième arrondissement de Brazzaville, Talangaï.

« Dans notre pays, très souvent il y a des lois, il y a des règles, il y a des procédures qui ne sont tout simplement pas respectées. Certains parlent des partis politiques, moi je parle de la protection des droits fondamentaux des congolais, et c’est très important. Même si ce sont des personnes qui ont commis des crimes, qui se sont données à une certaine délinquance, d’accord, mais la peine de mort est abolie, je ne sais pas si l’une des victimes que j’ai cité le méritait, je ne pense pas »s’est-il indigné. 

La représentation nationale a appelé les autorités gouvernementales à regarder cette problématique qui devient de plus en plus préoccupante au sein de nos lieux de détention. Le 5 novembre dernier, six autres jeunes ont perdu la vie dans les geôles du commandement territorial des forces de police de Brazzaville, l’ex-commissariat central. 

« Je voudrais également qu’on prenne conscience de l’ampleur de ce problème. Ce ne sont pas de simples faits divers, ces faits-là sont révélateurs en réalité d’un certain état d’esprit et révélateurs de certains problèmes. Croyez-moi, même des faits comme cela laissent des traces durables sur le tissu social et sur la conscience collective »a alerté le président du groupe parlementaire de l’Upads. 

Le gouvernement par le biais du Premier ministre Anatole Collinet Makosso a reconnu que la situation était peu reluisante dans nos prisons. 

« Nous nous inclinons devant la mémoire de tous ces jeunes qui meurent dans toutes ces conditions y compris dans les conditions de précarité et nous partageons la douleur avec leurs familles », a déclaré le chef du gouvernement.

Conscient de la nécessité d’améliorer les conditions des détenus, Collinet Makosso s’est voulu rassurant sur les efforts qui mis en oeuvre par l’exécutif dans ce sens. 

« Nous travaillons pour améliorer le fonctionnement de la police, et nous sommes accompagnés dans cette tâche par des partenaires bilatéraux. Nous travaillons aussi sur l’amélioration des conditions de séjour dans nos commissariats, sur l’amélioration de la politique carcérale. Il y a également un projet de loi portant sur le code pénitentiaire qui est certainement devant votre chambre parlementaire », a-t-il indiqué.

Le Premier ministre est aussi revenu sur la mort des six jeunes survenue le mois dernier au commandement territorial des forces de police de Brazzaville. 

« Nous avons ouvert une information judiciaire. La cause de la mort ne sera révélée que lorsque les organes judiciaires auront mis à notre disposition les résultats de l’enquête qui aura été ouverte », a-t-il garanti.

Jeremy Lissouba a tout de même salué les efforts du gouvernement avant de lui demander de « faire plus ».

La multiplication des cas de décès défraie la chronique en République du Congo. Les organisations de défense des droits humains ont multiplié des plaintes relatives aux conditions de détention dans les prisons congolaises et arrestations arbitraires.