Le Rwanda exige des titres fonciers pour ses terres achetées au Congo

0
862

L’ambassadeur du Rwanda au Congo a rencontré le ministre congolais des affaires domaniales et foncières, pour lui demander les titres fonciers sur les terres que son pays vient d’acquérir dans les régions du Pool et du Kouilou. Ce qui était à la base une coopération de conseil agropastorale entre deux pays, virait à une cession des terres avec entre deux états. Connaissant les dirigeants politiques du Pct, on ne peut imaginer qu’une telle transaction n’a pas été fait sans corruption, ni pourcentage perçus par les signataires et encore moins de rétrocommissions…


Le Rwanda est un minuscule pays de 26.000 km2, plus petit que la seule région du pool(33.955 km2), avec une population de 11milions d’habitants se sent à l’étroit dans ses frontières et à besoin des terres pour son expansion. Imaginons des Rwandais dans une enclave et devenir un territoire rwandais où peut être hissé leur drapeau, avec en prime les richesses du sous- sol(pétrole,coltran, zinc) que notre pays ne peut revendiquer. l’inviolabilité des frontières qu’imposent les textes internationaux étant un dogme.
Les exemples sont légions à travers l’histoire.

Tenez!
En 1860, la Louisiane fut vendu aux États Unis d’Amérique par le tyran Napoléon sans débat à l’assemblée nationale française.
En 1860 la Savoie fut donné par l’empereur Victor Emmanuel de Sicile et de Sardaigne à la France en échange du soutient des troupes françaises dans la guerre de réunification de l’Italie.
En 1867 l’Alaska fut vendu aux États Unis par la Russie du Tsar par ce que territoires froids, hostiles et inhospitaliers où des trappeurs rapportaient quelques fourrures.

Sans oublier les îles Malouines revendiquées par l’argentine et l’Angleterre, archipel découvert par des marins français venus de Saint Malo, que la France donna à l’Angleterre en remerciement de leur aide d’avoir emprisonné Napoléon à l’île Sainte – Hélène. Tous ces territoires n’ont plus été revendiqué malgré que ces transactions se furent avec des pouvoirs fantoche sans au préalable des débats à l’assemblée. À moins d’une guerre de revendication territoriale. Et le droit international al est intransigeant sur l’inviolabilité des frontières reconnues. Tel le cas du Cabinda qui fut incorporé à l’Angola par la pression de l’URSS, dont le veto imposa au conseil de sécurité une résolution unique au lieu de deux pour les deux territoires distincts.. Il y a eu l’antécédent de l’enclave russe de Kaliningrad, un territoire russe en mer baltique entre la Pologne et la Lituanie, due à la politique de peuplement du dictateur Staline.

L’exemple récente de la Crimée en Ukraine entre la Russie et ce pays est révélateur des conflits de territoire cédés, vendus ou envahis.

D’où cette transaction de mr Sassou, en quête d’argent, prêt à brader les terres congolaises. S’en foutant, après lui le déluge. Ces rwandais viendront avec le bétail et leur troisième pied. N’étant des eunuques, ils niqueront des congolaises et nous donneront des neveux. Des neveux qui revendiqueront la terre de leurs mères congolaises. Héritage se fait de manière matrilineaire chez nous Kongo. Ceux qui ne perçoivent pas le danger de ces cessions de terres sont des doux rêveurs étourdis…. Heureusement quelques congolais ne dorment ni ne sommeillent !
Massi Mou Semou Semene Massi