La SNPC construit un lycée moderne à Oyo alors que Pointe-Noire n’en a pas

0
7823

Construit entièrement par la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), le lycée d’enseignement général d’Oyo, dans le département de la Cuvette, a été inauguré le 7 novembre par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso. 

D’une capacité d’accueil de cinq cents élèves, le lycée Antoine-Ndinga-Oba d’Oyo est bâti, selon les règles de l’art, sur une superficie de six hectares. Il compte quinze bâtiments comprenant des salles de classe, des dortoirs, un réfectoire d’internat, des laboratoires de sciences de langues, une salle informatique, des logements pour le personnel administratif et du corps enseignant. Pour la bonne pratique du sport, la SNPC a fait construire un terrain de football, un terrain de handball, un terrain de basketball, deux terrains de tennis et une piste d’athlétisme.

Présentant les caractéristiques techniques de cette infrastructure, le directeur général de la SNPC, Maixent Raoul Ominga, a rappelé que l’éducation constitue l’épine dorsale de toute société. C’est l’arme la plus puissante pour changer le monde. Selon lui, le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, a inscrit dans son projet de société « Ensemble, poursuivons la marche », la nécessité de mettre à contribution les autorités locales à tous les niveaux de responsabilité afin qu’elles veillent à ce que tout enfant puisse aller à l’école dans les meilleures conditions. « Pour réaliser cet engagement, la SNPC, suivant sa responsabilité sociétale d’entreprise, a accompagné le gouvernement dans les projets à caractère social visant à contribuer à l’amélioration des conditions de vie de notre population. C’est en cela que nous avons entrepris la construction de cette infrastructure scolaire », a rappelé Maixent Raoul Ominga.

Le premier lycée d’enseignement général d’Oyo porte le nom de l’ancien ministre de l’Education nationale, Antoine Ndinga Oba. « Ce lycée que la SNPC offre à la jeunesse porte le nom d’Antoine Ndinga Oba, ce grand pédagogue de talent, enseignant de carrière, homme d’Etat qui s’est battu sans repit pour renforcer notre système éducatif, lui donner ses fondements qu’il porte aujourd’hui », a salué le directeur général de la SNPC, précisant que l’inauguration de ce lycée est la matérialisation d’une partie du rêve du chef de l’Etat contenu dans son ouvrage intitulé « Le Manguier, le fleuve et la souris ». Il s’est, par ailleurs, félicité de l’efficacité et de la qualité du travail accompli dans les délais par les différents partenaires techniques.

Rapprocher l’école des apprenants 

Le ministre de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, Jean Luc Mouthou, a, de son côté, rappelé qu’avec l’inauguration du lycée d’Oyo, le Congo en compte désormais quatre-vingt-six.  L’objectif poursuivi étant de rapprocher l’école des apprenants, améliorer les conditions d’études et de travail et réduire la pénibilité des apprentissages, tout en renforçant la capacité de la carte scolaire. « Ce lycée représente bien plus que des murs et des salles de classe, il symbolise l’espoir ainsi que les opportunités de réussite illimitée pour la jeunesse d’Oyo. Oyo, cité resplendissante de vie, agglomération en plein essor tant sur le plan démographique qu’économique, se devait évidemment d’abriter un lycée d’enseignement général de qualité pour répondre aux besoins de sa population scolarisée et à celle de ses environs. Désormais c’est chose faite, les jeunes n’auront plus comme leurs aînés à parcourir de grandes distances pour aller au lycée », s’est réjoui le ministre.

D’après lui, le choix d’Antoine Ndinga Oba, ministre de l’Education nationale de 1977 à 1984, n’est donc pas anodin car il rend hommage à un grand intellectuel du pays. Cela devrait, a poursuivi Jean Luc Mouthou, inspirer toutes les générations d’élèves qui fréquenteront cet établissement d’enseignement scolaire à partir de la présente rentrée des classes. C’est ainsi qu’il a demandé aux responsables de cet établissement et aux élèves de « faire preuve de civisme et de patriotisme afin de préserver jalousement ce joyau. Il reste aux responsables chargés de cette structure d’en prendre soin pour les générations d’aujourd’hui et pour toutes celles qui suivront », a-t-il exhorté.

Grand bénéficiaire de cette œuvre, le président du conseil municipal et maire d’Oyo, Gaston Yoka, a indiqué que l’inauguration de ce lycée ouvre de nouveaux horizons pour les élèves de cette localité dont certains admis au BEPC ont dû décrocher par manque d’assistance ou se désorienter vers le lycée technique.

Toujours dans le cadre de sa responsabilité sociétale en faveur de l’éducation, il convient de souligner que bien avant l’inauguration du lycée d’Oyo, en avril dernier, la SNPC avait posé la première pierre marquant le lancement des travaux de construction du complexe scolaire de Tchiminzi situé à 60 km de Pointe-Noire, dans le district de Tchiamba-Nzassi.