Isi­dore Mvouba avait dé­tourné la mère de son fils Va­dim à un étu­diant Sou­da­nais en URSS

0
1099

Comme Sas­sou Nguesso son idole, l’ac­tuel pré­sident du par­le­ment avait fait la main noire à son meilleur ami Sou­da­nais alors qu’il était en­core étu­diant à Mos­cou en URSS. De cette re­la­tion frau­du­leuse est né Va­dim Ze­lensky Mvouba qui vient de com­mettre un hold up élec­to­ral à Ba­congo du­quel il en est fière.

L’étu­diant Sou­da­nais Abel Jomb n’ou­bliera ja­mais le coup d’état amou­reux que ce­lui qu’il consi­dé­rait comme son frère lui a fait. Jeune étu­diant à Mos­cou, le sou­da­nais avait lié une ami­tié sin­cère avec le congo­lais Isi­dore Mvouba. Les deux amis se par­ta­geaient tel­le­ment tout que le traître de Kin­damba a cru que même leurs co­pines étaient dans le lot.

Pe­tit à pe­tit Mvouba a com­mencé a tapé du mal à son ami Sou­da­nais en pro­met­tant monde et mer­veilles à sa co­pine ori­gi­naire de l’ac­tuel Ukraine. Pour Mvouba, elle ne pou­vait avoir un ave­nir au Sou­dan conflic­tuel et is­la­misé, mais plu­tôt au Congo po­pu­laire.

Un coup d’état amou­reux dont sont vic­times les pauvres po­pu­la­tions de Ba­congo 2 qui ont vu com­ment leurs a été im­posé le fils né de cette tra­hi­son comme dé­puté. Va­dim Mvouba sur les traces de son père a cau­tionné cette hon­teuse fraude et de­main se pré­sen­tera aussi comme dé­puté élu alors qu’il a été nommé. Les sé­quelles de l’Union So­vié­tique hantent en­core cette fa­mille.