Fin de Barkhane au Mali: quelle place pour les pays du golfe de Guinée dans le futur dispositif?

0
377

Un passage du communiqué annonçant le retrait de l’opération Barkhane du Mali affirmait que la France et ses partenaires « restent engagés dans le Sahel » et « vont étendre leur soutien au pays du Golfe de Guinée ». Le Bénin et la Côte d’Ivoire sont concernés.

Longtemps épargné, le Bénin subit la pression des groupes armés terroristes qui ont multiplié ces derniers mois une série d’attaques, rappelle notre correspondant à Cotonou,Jean-Luc Aplogan. Selon nos informations, Patrice Talon n’a pas fait d’offre pour l’instant, Paris non plus. Les paramètres de la réorganisation de l’opération Barkhane ne sont pas encore arrêtés.

Entre novembre de l’année dernière et aujourd’hui, Patrice Talon et Emmanuel Macron se sont vus trois fois. Le Béninois était au diner du 17 février après le mini-sommet sur le Sahel.

L’armée française est intervenue au lendemain de l’attaque du parc W et annoncé avoir tué 40 jihadistes. Ces épisodes font dire aux observateurs avertis ici que le Bénin ne dira pas non à un soutien qui va l’aider à contrer la propagation du jihadiste.

La France pourrait être un allié pour, estime le politologue béninois Expédit Ologou. « Pour un pays comme le Bénin c’est toujours bénéfique d’avoir une puissance mondiale du rang de la France entant qu’allié, le bénéfice peut-être par exemple au niveau des techniques sophistiquées de renseignement et au niveau des équipements lourds. Mais l’assistance militaire peut-être improductive si elle n’est pas décolonisée. »

Eugène Azatassou, du parti d’opposition Les Démocrates, souhaite que le Bénin ne se précipite pas et rappelle cette sagesse béninoise : « Pour épouser une femme répudiée il faut prendre le temps de l’étudier ». La seule réponse durable cette situation c’est l’indépendance logistique tranche un officier

La Côte d’Ivoire engagée depuis plusieurs années contre le terrorisme

La Côte d’Ivoire, de son côté, se prépare au retrait de Barkhane du Mali depuis plusieurs mois. « Nous serons obligés d’augmenter nos forces de défense, nous serons obligés d’accroitre la protection de nos frontières. Nous prendrons toutes les mesures possibles », déclarait sur RFI Alassane Ouattara, réagissant au départ – alors plus que probable – des forces françaises du Mali. Elle est d’ailleurs engagée dans le dispositif de lutte contre le terrorisme depuis plusieurs années, souligne notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto.

Le 11 juin 2020 a eu l’effet d’un électrochoc dans l’esprit de nombreux décideurs ivoiriens. Plus encore que les attentats de Grand Bassam en 2016, l’attaque de Kafolo qui a couté la vie à 14 militaires ivoiriens a rappelé à la classe politique et aux hauts responsables militaires que la menace était bel est bien là. Toute la zone est depuis lors, une zone opérationnelle où la circulation est restreinte, en particulier le long de la frontière burkinabé.

Après avoir mis à la retraite 4000 militaires, l’armée ivoirienne, dont le budget a augmenté de 7% cette année à 600 millions d’euros, recrute, pour atteindre 10 000 hommes en 2024. Par ailleurs, 650 de ses hommes portent le casque bleu au Mali. Dans son combat contre le terrorisme, la Côte d’Ivoire peut compter sur les FFCI, actuellement 900 militaires français stationnés à Abidjan.

« Tout ce qu’on fait doit converger à consolider encore plus l’autonomie de l’armée ivoirienne », déclarait le chef d’état-major Français Thierry Burkhard, de passage à Abidjan la semaine dernière. La Côte d’Ivoire abrite l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme, inaugurée l’an dernier et qui a formé plusieurs centaines de responsables civils et militaires à une approche globale de la lutte antiterroriste.

Enfin et signe de son intérêt pour la coopération militaire antiterroriste, la Côte d’Ivoire accueille jusqu’à la fin du mois les exercices Flintlock, organisés par les Etats-Unis.