RDC: les députés du FCC boudent de signer une déclaration d’appartenance politique

0
319




A la Chambre basse du Parlement, la quiétude semble avoir quitté les lieux depuis que le président du bureau d’âge a invité les députés nationaux à faire une déclaration individuelle d’appartenance à la majorité ou à l‘opposition, ou mieux, de se déterminer politiquement.





L’honorable Mboso Nkodia pensait, de la sorte, mettre de l’ordre dans la boutique en ce que le poids politique de chaque composante ou regroupement politique sera désormais clairement défini. Dans une perspective de recomposition du bureau de l’organe législatif, un tel exercice était requis pour une meilleure répartition géopolitique en fonction du partage des postes au sein du bureau de la Chambre basse du Parlement.Malgré les explications fournies par le président de l’institution, une poignée des députés membres du FCC refusent de faire, en cours de la présente législature, une quelconque déclaration individuelle d’appartenance à la majorité ou à l‘opposition. La démarche en elle-même, avancent-ils, viole intentionnellement la Constitution. Ils l’ont d’ailleurs signifié le 25 janvier dernier dans une correspondance adressée au président du bureau d’âge. Sans ambages, ils lui ont signifié qu’une telle démarche ne se fait qu’une seule fois en début de législature et, par conséquent, les députés membres des regroupements affiliés au FCC ne signeront pas une nouvelle fiche de déclaration d’appartenance à la majorité ou à l’opposition.




Alors que d’autres députés nationaux membres d’autres forces politiques s’attèlent déjà à cet exercice, les inconditionnels du FCC disent niet et campent sur leur position. Pour eux, le bureau d’âge a outrepassé ses prérogatives car, argumentent-ils, « l’arrêt de la Cour constitutionnelle (R. Const.1438) ne reconnait au bureau d’âge, dans son dispositif, que le seul pouvoir de vider la pétition engagée contre le questeur adjoint du bureau définitif et d’organiser les élections du bureau définitif.  « Le point relatif à l’identification de la majorité parlementaire ne figure ni dans la décision de convocation de la session extraordinaire encore moins dans l’arrêt de la Cour constitutionnelle », avancent-ils.

Ayant déjà fait leurs déclarations écrites d’appartenance à la Majorité parlementaire pour la législature 2019-2023 lesquelles auraient été déposées à l’Assemblée nationale le 5 et 6 avril 2019, les partis et regroupements politiques du FCC demandent au président du bureau d’âge de se référer à ces documents auxquels étaient par ailleurs annexées les listes nominatives des députés, partis politiques et regroupements respectifs.