Enseignement technique : 66 écoles et instituts techniques privés agréés par l’Etat

0
342

66 nouveaux établissements privés de l’enseignement technique et professionnel ont été agréés par le ministère de tutelle ce mercredi 31 août, à Brazzaville. 

La Commission d’agrément des établissements privés du ministère de l’Enseignement technique et professionnel s’est réunie ce mercredi 31 août, à Brazzaville, à l’occasion de sa neuvième session ordinaire, en présence du ministre de tutelle Ghislain Thierry Maguessa Ebomé. 

Lors de cette séance de travail, les participants ont examiné 108 demandes d’agréments des écoles privées présentées par le secrétaire permanent de cette Commission, Jacques Elongo. 

Parmi ces dossiers, 85 viennent d’enseignement technique et 23 d’enseignement professionnel. 

La commission a donné un avis favorable à 66 dossiers. 

Fifie Christelle Mouelet, directrice des établissements de l’Enseignement technique et professionnel, est revenue sur les critères fondamentaux pour la délivrance d’un agrément. 

« Nous avons des critères fondamentaux : la déclaration à la CNSS des agents qui travaillent dans ces établissements privés ; l’assurance des biens meubles et immeubles ; le volume horaire administré dans les enseignements dans les établissements privés », a-t-elle rappelé. 

Pour sa part, le ministre de l’Enseignement technique et professionnel a appelé les promoteurs de ces établissements de ce sous-secteur éducatif au respect du rendement scolaire au sein de leurs structures respectives. 

« L’objectif visé par cette session n’est pas la quantification des établissements de l’enseignement technique et professionnel, du grand nombre, non, nous n’avons besoin. Pour la construction de la République vertueuse et prospère, notre quête permanente doit viser la qualité », s’est exprimé Ghislain Thierry Maguessa Ebome. 

A l’ouverture de ces travaux, on a noté la présence du Haut-commissaire chargé à l’organisation des états généraux de l’éducation, de la formation et de la recherche, Hellot Matson Mampouya et du Conseiller spécial, chef du département de l’éducation, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique du Président de la République, Louis Bakabadio.