Dolisie : la police traque, maltraite et torture les populations

0
1471




Dans la ville de Dolisie dans le Niari (sud), les populations vivent une situation qui risque d’entraîner des incidents graves car la police réquisitionnée depuis le 1er avril dernier,  pour faire respecter le confinement en vue de freiner la propagation du Covid-19, traque, maltraite, torture les vielles femmes qui vont se ravitailler aux champs sans oublier les jeunes maraichers.

Ce vendredi matin, au carrefour communément appelé « Bandoki » au quartier Bacongo, des jeunes qui étaient proches de leurs jardins ont été arrêtés. Ils ont été sauvagement frappés.

Même scenario au quartier Lissanga, cet après-midi, des jeunes de retour des jardins ont été chicotés sauvagement.

Au marché du pont au quartier Gaïa, plusieurs femmes de retour des champs ont été molestées également.




Selon des policiers interrogés sur le terrain, ils agissent sous ordres du Préfet du Niari, Baron Bouzock et du commissaire central de police de Dolisie, Dadet Boulard.

Les commerçants étrangers se plaignent aussi des méthodes brutales et violentes des policiers. Nombreux se demandent si la ville de Dolisie est en guerre.

Selon une source policière, les jeunes des quartiers menacent de riposter violemment avec des moyens à leur possession si les autorités ne règlent pas cette situation confuse.