Après son mensonge de l’huile, Willy Sassou Nguesso né Etoka ment sur la fabrication des tracteurs

0
4844

Il vit désormais en mode « mario » au domicile de Claudia Sassou Nguesso, il a bluffé toute la république avec Ecoi-Oil qui prétendait fabriquer de l’huile et des produits dérivés. Ce n’était que la mise en bouteille d’une huile importée et on en sait tous de ce qu’est devenu cette aventure. Aujourd’hui, Willy Etoka revient avec Eco-Camaco, une usine de montage de tracteurs, installée dans la zone économique de Maloukou. Des tracteurs présentés comme échantillons lors du lancement de cette usine par quelques membres du gouvernement provenaient en réalité de Nkayi où ils étaient exposés depuis des années dans la cour d’Eco-Oil.

Dans l’optique de limiter les importations des denrées alimentaires qui coûtent des milliards chaque année au pays, le gouvernement congolais s’est engagé à développer le secteur agricole. La création d’Eco-Camaco en septembre 2019 s’inscrit dans cette vision du président Denis Sassou-N’Guesso de mécaniser l’agriculture.



Ce 6 avril, la société chinoise YTO China-Africa Machinery Corp (CAMACO), appelée à monter les tracteurs agricoles sur le site de la zone économique spéciale de Maloukou, dans le district d’Ignié, non loin de Brazzaville a remis officiellement cette usine à Eco-Camaco. Au nom du gouvernement congolais, c’est le ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé, qui a réceptionné l’usine d’assemblage des tracteurs. Le lancement des activités de cette société a pris deux de retard, à cause de la pandémie à coronavirus, qui a impacté négativement tous les secteurs d’activités, dans le monde.

L’usine ainsi mise à la disposition du Congo peut fonctionner normalement et produire les tracteurs destinés à mécaniser et moderniser l’agriculture au Congo. Dans la présentation faite au cours de la visite de la chaîne de production, il a été fait mention que l’usine produira par 10 tracteurs par jour. Ce qui donnerait une quantité de 250 tracteurs produits chaque mois , soit 3000 engins agricoles l’année.

Le ministre des zones économiques spéciales, Jean Marc Thystère Thicaya, pour sa part, a félicité le PDG de l’entreprise Eco-Camaco, Willy Etoka, et la société chinoise YTO China-Africa Machinery Corp (CAMACO) pour avoir tenu leurs engagements à temps.

Des félicitations que le ministre Jean Marc Thystère Tchicaya se serait privé s’il savait être en face d’un gros menteur en la personne de Willy Etoka. Lequel s’est permis de présenter quelques tracteurs comme étant les premiers à être produits par son usine. Un gros mensonge qu’une vidéo d’un travailleur enchaînant deux ans de salaires impayés vient de mettre en évidence.