[Tribune] : Que Parfait Kolelas et Paulin Makaya fassent comme Munari…Laisser Sassou seul

0
1117




Si j’étais Conseiller de Guy Brice Parfait Kolélas ou de Paulin Makaya. Si j’étais au Comité des sages de leurs différents partis. Je leur aurait dit une chose: Laisser tomber. Parfait, Paulin, ça sent le brûlé. Laissez tomber cette affaire d’élection présidentielle qui sent déjà si mauvais. Evitez d’être les auteurs toujours désignés de ce qui est déjà arrivé aux populations du Pool surtout, et qui n’est pas loin de recommencer. Ecoutez toutes ces déclarations, à travers lesquelles on vous présente comme vous préparant déjà à la violence.

On voit en vous des personnes qui fourbissent leurs armes, pour une instrumentalisation de la haine. De vous, on entend déjà des voix qui appellent à une quasi-insurrection. Des personnes affichant les velléités sécessionnistes. Faut-il être aveugle pour ne pas entrevoir, ce qui pourrait se cacher derrière toutes ces accusations portées contre vous?
ça sent le brûlé. Parfait, Paulin, laissez tomber. Ayez la sagesse de l’homme prudent qui voit le mal de loin et se cache.

Ayez cette sagesse d’André Milongo qui, alors candidat jouissant d’une grande popularité à la présidentielle de 2002, avait senti cette même odeur qui s’élève actuellement et, quelques jours avant le scrutin, avait laisser tomber, pour sauver des vies. Ce n’était nullement une lâcheté, mais une force qui l’a fait demeurer grand, jusqu’à sa mort.
Laissez tomber. Quittez momentanément ce terrain parsemé de trop de dangers. Vous n’avez aucune force pour faire face à ce qui pourrait arriver. Vous n’avez aucune influence pour contrôler déjà, le vote anticipé de la force publique.

Ce qui est arrivé il n y a pas si longtemps dans la partie Sud de Brazzaville et dans le Pool, c’est parce qu’il y a eu Paulin Makaya, parce qu’il y a eu Ntumi. Quand il y a eu Ntsourou, les populations de Lékana n’ont jamais été inquiétées. Celles de Djambala et Gamboma ne se sont jamais senties concernés par l’affaire Okombi, tout comme Boundji n’a pas connu le survol des hélicoptères de combat, parce qu’il y a eu Mokoko. Laissez tomber cette présidentielle, suivez Claudine Munari. Laissez cela à Dzon, Anguios, Mafoula, Mabio Mavoungou.
Leurs quartiers d’habitation ou leurs villages ne seront jamais ciblés.
Si j’avais été dans vos cercles, je vous aurais demandé d’attendre. De laisser encore mûrir cette démocratie encore sous férocité. L’un et l’autre, vous êtes encore jeunes, le meilleur viendra peut-être, si cela est votre destin. Pour le moment, n’acceptez pas de porter la peau des boucs-émissaires car, ça sent bien le brûlé. Laissez tomber!
Michel Loubaki