Selon le tchakou Thierry Moungala, ce n’est pas le gouvernement qui a coupé internet

0
1036

Le rôle d’un perroquet a toujours été celui de répéter ce qu’on lui dicte ou entend, prouvant ainsi au monde son incapacité à réfléchir si seul et à se contenter des miettes qu’il reçoit en retour. Un soi-disant juriste!

L’accès à internet, mais également aux SMS a été coupé dans la nuit de samedi à dimanche en amont du vote. Les autorités congolaises nient en être à l’origine.

«Le gouvernement a l’habitude d’assumer ses actes. S’il avait décidé d’une coupure, il l’aurait fait à ciel ouvert et n’a aucun commentaire à faire sur d’éventuelles perturbations du réseau », a assuré dimanche soir à RFI, le porte-parole du gouvernement Thierry Moungalla.

L’ONG Internet sans frontières qui a constaté « une chute brutale du volume de données échangées sur le réseau congolais » à minuit samedi soir, « condamne fermement » cette coupure.

Pour l’ONG, cela porte atteinte non seulement à la transparence du vote mais aussi la confiance des électeurs dans le processus, et ouvre donc la voix à des contestations.