Scandale Figa : Mbouloukoué a donné plus de 600 millions à Mère Antou, Mvouba, Maurice Nguesso, Collinet Makosso, Willy Etoka

0
8090

Le principale responsable du scandale financier au FIGA, son ancien directeur Mboukoukoue a remis aux enquêteurs la liste de tous les bénéficiaires illégaux. Cette liste a calmé les ardeurs des fanatiques du PCT qui projetaient d’organiser une marche contre la ministre Mikolo. Dans cette liste, on peut remarquer les noms de Mère Antou, Isidore Mvouba, Maurice Nguesso, Willy Etoka, Collinet Makosso, Eugène Nguesso qui se sont partagés la somme de 600 millions cfa.

L’argent qui devrait financer des projets est fini dans les poches des dignitaires du pouvoir qui n’en ont pas le droit. Des inhumains qui ont pris en otage le pays et qui ne se fatiguent pas de le piller à la moindre opportunité.

FIGA, une caisse pour voyous de la République : Tout le monde a eu sa part !

La vérité est désormais connue. Derrière la bonne idée de financer les projets des jeunes, se cachait en réalité l’intention de vider encore et encore les caisses de l’État congolais.

Si nous n’avons jusqu’à ce jour jamais tracé les 14 000 milliards partis en fumée, cette fois, nous avons découvert l’origine de l’enrichissement personnel de tous ces voyous qui roulent les mécaniques dans les villes de notre pauvre Congo.

Comprenez une fois pour toute que c’est parce qu’ils veulent flouer le peuple congolais et nous réduire au silence qu’ils nous accusent et nous accuseront toujours d’entretenir une barricade ethnique autour de Mme Mikolo et d’avoir reçu des pots de vin de la part de cette dernière.



En réalité, l’affaire du FIGA est la plus vaste opération de corruption que le Congo ait connue. Nous ne nous laisserons donc pas perturber par ces railleries insultantes.

Aujourd’hui, tous les réseaux du pouvoir, journalistes et petits télégraphistes compris, sont vent debout pour essayer de sauver le soldat Mbouloukoué parce qu’ils savent que ce dernier a entre ses mains tout ce qu’il faut pour ébranler le système.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le dossier FIGA a été confié à M. Aristide Okassa, le numéro 2 de la Centrale d’Intelligence et de la Documentation (ex DGST), juge d’instruction qui derrière Oko Ngakala avait bidouillé les dossiers ayant conduit le Général Mokoko et André Okombi Salissa à la maison d’arrêt.

Les congolais doivent comprendre que la stratégie du pouvoir consiste à mettre à l’index Mme Lydia Mikolo afin de couvrir M. Mbouloukoué, le seul qui avait la signature qui permettait de retirer l’argent qui dort dans les comptes du FIGA. C’est lui qui est au centre du système de corruption mis en place par le pouvoir.



Oui, M. Mbouloukoué aurait distribué des millions du FIGA au PCT, à la Présidence de la République, à la Primature, à son Ministre de tutelle, à son ancienne Ministre de tutelle, à d’autres Ministres du gouvernement, à certains faux hommes d’affaires, faux cabinets, hommes politiques et ceux de la société civile.



Même au sein de la fameuse commission parlementaire qui a auditionné les différents protagonistes, il y’aurait au moins trois parlementaires qui auraient reçu l’argent du FIGA.

Si Mme Lydia Mikolo était au cœur des malversations, alors pourquoi le Directeur du Contrôle Financier du FIGA, le neveu de M. Mbouloukoué serait-il incarcéré ? Pourquoi M. Mbouloukoué a-t-il passé une journée en garde à vue avant d’être libéré grâce à l’intervention de M. Jean Dominique Okemba ?

Si les pauvres malheureux qui s’époumonent à accuser Mme Mikolo savaient que dès son installation en 2020, sous l’ère de la Ministre Moungani, M. Mbouloukoué avait fait une levée de fonds de 5 milliards via la direction des titres et valeurs du trésor pour constituer le fonds initial grâce à une OTA (Obligation du Trésor Assimilables) et a payé deux arrangeurs pour cette opération : 1 080 000 000 F CFA au cabinet Beko Advisory (du camerounais Brice Beumo) dont 320 000 000 FCFA en cash et 820 000 000 XAF à Jurst’Af (du congolais César Kouka), alors que les OTA ne sont levées que sur les marchés monétaires et non par des arrangeurs.

Ainsi, les deux opérations ayant permis au Camerounais et au Congolais de devenir milliardaires étaient donc des opérations frauduleuses.

Aussi, entre 2020 et 2022, M. Mbouloukoué a retiré plus de 2 000 000 000 F CFA en cash, étonnant pour un banquier qui en plus était le DGA de Société Générale au Congo et ancien Conseiller du Ministre Ganongo en charge des institutions financières.



Si notre justice était sérieuse, il serait facile pour elle de faire la démonstration du lien qui existerait entre la femme de M. Mbouloukoué, Camerounaise qui travaille à BCI Bank et l’arrangeur Camerounais qui gagné le pactole grâce à la mansuétude de M. Mbouloukoué, ex DG du FIGA.



Là ne s’arrêtent pas les malversations, M. Mbouloukoué a poussé le vice jusqu’à créer une société écran qui s’appelle Société Minière d’Investissement (SMI) qui est une filiale du FIGA. Cette fameuse filiale a été créée sans l’autorisation du Comité de Direction, ni celle de la Ministre Mikolo, ni celle du Ministre des Finances, ni celle du Premier Ministre.

Et pour cette opération qui est en cours mais qui sera certainement arrêtée car jugée non conforme, il a payé à la fois le cabinet KPMG, qui avait fait le rapport d’évaluation des actifs miniers et une autre société au nom de King Industrie.



Et King Industrie, proche d’un collaborateur du Ministre Pierre Oba au nom de M. Brice Ngatse, avait déjà été payée à hauteur de 290 millions : 30 millions en 2021 pour l’évaluation des actifs miniers et 260 millions en décembre 2022 pour la rémunération de la levée de fonds, alors que l’opération en cours sera certainement arrêtée.

Ayant le goût du luxe, M. Mbouloukoué est un adepte des voyages en jet privé entre le Congo et le Cameroun. Il a même acheté un Lexus 570 à hauteur de 110 millions FCFA aux frais du FIGA, qu’il a immatriculé en son nom. C’est son neveu, Gildas Ombi, chef de Service Comptabilité et Finance qui aurait fait le déplacement de Dubaï pour acheter cette voiture.



En deux années passées à la tête du FIGA, M. Mbouloukoué aurait réussi la prouesse d’ouvrir des comptes bancaires offshores à l’étranger. L’homme est aujourd’hui dépassé par le montre dont il avait la charge de driver.

C’est donc cet homme, qui porte sur ses épaules toutes les tares du système de corruption du pouvoir, que les congolais ont vu il y’a deux semaines derrière le Président de la République à Oyo et qu’on a aperçu il y’a trois semaines les mains dans les poches à la Primature, malgré le fait qu’il avait déjà été viré à la tête du FIGA. Si Mbouloukoué ne travaillait pas pour le pouvoir, il ne trainerait pas en toute confiance dans les milieux du pouvoir. Il en est même fier !

Au lieu d’envoyer les badauds lancer des pierres sur Mme Lydia Mikolo, l’Etat congolais devait en toute logique la remercier d’avoir eu l’ingénieuse idée d’arrêter l’hémorragie, en éloignant M. Mbouloukoué des caisses de l’Etat. Et pourtant ils mettent l’argent en jeu pour exiger la démission de Mme Mikolo. A la question de savoir qui est derrière M. Mbouloukoué ? Nous répondons : tout le système car nombreux de ses membres sont mouillés jusqu’au cou.

Aussi, si le parlement voulait faire la lumière autour de cette affaire, pourquoi la commission parlementaire n’a-t-elle pas auditionné Mme Adelaïde Moungani ?