Le haut com­man­de­ment exige aux of­fi­ciers su­distes 1,5 mil­lions pour par­ti­ci­per aux for­ma­tions à l’étran­ger

0
2775

Au Congo, même les forces ar­mées ont été in­fec­tées du vi­rus de la cor­rup­tion, du né­po­tisme, du clien­té­lisme et sur­tout du tri­ba­lisme. Les for­ma­tions en Eu­rope, Amé­rique et en Asie sont d’abord l’ex­clu­si­vité des of­fi­ciers nor­distes. Les su­distes qui as­pirent à être in­clus dans les listes doivent dé­bour­ser la somme de 1,5 mil­lions cfa qui vont di­rec­te­ment dans les poches des gé­né­raux Mbo­chis qui tiennent le haut com­man­de­ment de l’ar­mée.

Une ar­mée qui de­vrait être ré­pu­bli­caine s’est trans­for­mée d’abord en re­fuge de tous les in­ci­viques chô­meurs nor­distes avant de re­vê­tir une te­nue tri­bale. Déjà tout son haut com­man­de­ment est com­posé ma­jo­ri­tai­re­ment des of­fi­ciers nor­distes qui ré­pandent par­tout que le Congo leur ap­par­tient et qu’ils ne doivent ja­mais perdre le pou­voir.

Au su et vu du chef d’État ma­jor, le gé­né­ral Guy Blan­char Okoi, les of­fi­ciers su­distes qui sont aussi des Congo­lais doivent mon­nayer leur for­ma­tion à l’étran­ger. Ils dé­boursent entre 1 et 1,5 mil­lions se­lon les ac­coin­tances dans la hié­rar­chie mi­li­taire.

D’un groupe de 30 of­fi­ciers re­te­nus pour al­ler en for­ma­tion, seuls 5 étaient du sud et ont dû payer pour être in­clus. 20 étaient de la Cu­vette et n’ont rien payé alors que les 5 autres d’autres dé­par­te­ments du nord ont aussi payé.

Si un jour le Congo est at­ta­qué par un pays étran­ger, les mi­li­taires su­distes se­ront-ils épar­gnés dans la dé­fense du pays ? Le gé­né­ral Guy Blan­char Okoi de­vrait évi­ter de par­rai­ner la cor­rup­tion, le clien­té­lisme et sur­tout le tri­ba­lisme au sein de l’ar­mée.