Sassou snobe la Bouenza et choisit un fils du Pool pour remplacer Collinet Makosso en 2024

0
3400

Après la Lekoumou avec Clément Mouamba, le Kouilou actuellement avec l’incompétent Anatole Collinet Makosso et bien avant le Pool avec Isidore Mvouba, la primature devrait revenir à un autre originaire du Pool en 2024. Denis Sassou Nguesso continue toujours d’ignorer le département de la Bouenza sur lequel reposait le pouvoir de Pascal Lissouba.

C’est à cause de la bande des 4 que Denis Sassou Nguesso répète à qui veut bien l’entendre avoir vécu une traversée de désert dont il n’est pas à oublier. Pour lui et son clan, ne peut être au pouvoir est une fatalité et d’où son coup de force pour revenir aux affaires en marchant sur les cadavres des Congolais.

Anatole Collinet Makosso, serait déjà un produit finit pour le clan Sassou qui projette s’en débarrasser en 2024. Un fils du Pool sera nommé comme premier ministre pour accompagner la succession dont la bataille déchire les Mbochis d’Oyo.

L’actuel premier ministre du Kouilou a déjà joué sa partition et ne sert plus à rien aux yeux du clan d’Oyo qui ne supporte plus ses insuffisances. La géopolitique encourageant à nommer un premier ministre du Sud, les yeux sont tournés vers trois potentiels candidats originaires du département du Pool.

Alors que ce sont les Bakamba qui sont l’ethnie majoritaire dans la Bouenza, mais le clan Sassou est plus focalisé sur les Béembés et Mouyondzi. C’est dans cette localité que les populations ont défié le pouvoir lors des dernières législatives en évitant l’imposition de la candidate du PCT, la ministre Mikolo.

Le département de la Bouenza paie le prix de l’indifférence des Béembés au pouvoir au pouvoir de Sassou Nguesso. Figurez-vous que malgré la présence du barrage de Moukoukoulou, la majorité des districts de Mouyondzi ne sont pas alimentés en électricité. Kingoué et Tsiaki, Yamba en sont des exemples bien que dans le premier, un fils de Sassou Nguesso y exploite sauvagement de l’Or en complicité avec les Chinois.

A Mfouati d’où les métaux sont exploités par les Chinois en partenariat avec Pierre Oba, les conditions de vie des riverains ne s’améliorent pas. Il en est de même à Loutété où se trouve la cimenterie SONOC de la première dame et Chinois.

A Mfila dans le district de Yamba, Dangoté a été interdit de bitumer la route Bouansa-Mouyondzi par le pouvoir. A Nkayi, la sous-traitance de Saris a été confiée aux sociétés appartenant aux Mbochis d’Oyo dans l’unique but de clochardiser les jeunes coupeurs de canne à sucre. Mais dans la Bouenza, les populations sont fières de leur dignité et affirment chaque jour que mieux vaut souffrir dans la dignité que sourire dans le vol et détournements des fonds publics.