RDC: couvre-feu décrété à Beni après l’explosion d’une deuxième bombe

Une deuxième détonation a été entendue ce dimanche soir à Beni dans l’est de la RDC, après une première bombe qui a explosé ce dimanche matin dans une église catholique de la ville de Beni. Deux personnes ont été blessées. Cette deuxième explosion a tué un civil en plus du porteur de la bombe est mort. Le groupe État islamique a revendiqué cette dernière attaque.

Un civil ainsi que le porteur d’une bombe ont été tués dimanche soir dans l’explosion de son engin près d’un bar à Beni dans l’est de la République démocratique du Congo, quelques heures après l’explosion d’une bombe dans une église de la ville qui a blessé deux femmes. Le dernier attentat a été revendiqué par le groupe EI.

Selon plusieurs sources, le poseur de la bombe s’est rendu dans le quartier du Troc, dans le coeur de la ville. C’est un quartier très populaire, très fréquenté. Les conséquences auraient pu être terribles mais l’homme s’était isolé à côté d’une boucherie sans doute pour poser la bombe et celle-ci aurait explosé trop tôt. Un civil a toutefois perdu la vie, et deux autres personnes ont été blessées.

En revanche, vers 6 heures ce matin, c’est le quartier de Butsili à l’ouest de la ville qui a été secoué par une autre déflagration. Une bombe artisanale a éclaté dans l’église catholique.

Le maire de Beni a décrété un couvre-feu jusqu’à demain matin afin de permettre aux forces de défense et de sécurité de sécuriser la zone. Une autre alerte à la bombe a été déclenchée dans l’après-midi au nord-est de Beni, près du camp de la Monusco.

La société civile de Béni souligne par ailleurs que depuis un mois, la délinquance, sans lien avec les ADF, a augmenté dans la ville.