Protection des enfants : des échanges sur l’encadrement de la progéniture

0
467

Une conférence-débat initiée par le magazine Mwana a été organisée, le 21 octobre, à Pointe-Noire sur le thème « Bien-être des enfants ».

Comment faire face aux dangers des médias sociaux et des écrans et l’alimentation des enfants ont été  les principaux sous-thèmes dévéloppés lors de cette conférence. Marisca Mabiala Makosso, pédiatre, a  dans son exposé en lien avec le premier sous-thème montré les avantages et l’apport non négligeable des réseaux sociaux dans notre quotidien et, surtout, le quotidien des enfants en facilitant notamment les échanges interpersonnels, le partage  en réduisant de façon significative les distances, l’éloignement  des uns et des autres, bref en matérialisant le fameux village planétaire qui jadis était encore un mythe.

Cependant, ces avancées sont malheureusement mises à mal par les inconvénients nés des progrès technologiques trop rapides et envahissants au point d’en constituer aujourd’hui un véritable problème dans l’univers social, a-t-elle poursuivi.  La quasi-dépendance aux outils modernes de communication,  la réduction du temps de sommeil, la fatigue, les migraines, la diminution exponentielle des interactions sont autant des faits néfastes. L’immixtion impromptue de nouveaux métiers comme les influenceurs et autres sont en train de modifier considérablement le mode de vie des enfants.  Et cela remet en cause l’importance de l’éducation scolaire tout en les exposant contre les images non censurées telles les vidéos faisant l’apologie de la violence ou celles à caractère érotique ou  pornographique, a dit la pédiatre.  

Abordant le même sous-thème, Passi Bibene, directeur de publication du Magazine Mwana, a ouvert son exposé sur un rappel historique des medias congolais 60 ans en arrière. « En 1962, lors de la création de Télé Congo, on comptait 16 postes de télévision disposés un peu partout à Brazzaville dans les lieux publics et 34 autres remis à des personnalités politiques et religieuses de premier plan. En ce temps-là, il y avait un écran de télévision pour tout le quartier. Aujourd’hui, la tendance n’est même pas à un écran pour une famille. On tend vers  un écran pour chaque membre de la famille », a-t-il souligné. 

Après les échanges, la constance s’est dégagée dans les approches de solutions en apportant le maximum d’informations  sur les risques de l’internet. Les efforts doivent être faits pour limiter ce risque, seul moyen pour échapper au cyber harcèlement, à l’arnaque, au chantage et autres conséquences pouvant mettre en péril la vie des enfants. La fixation des règles d’utilisation de l’internet et de la réduction de son emprise sur les enfants pour éviter tout excès qui peut être nuisible.

Exposant sur l’alimentation des enfants, Grace Mboungou, diététicien,  a insisté sur le changement inéluctable des habitudes alimentaires car bien se nourrir n’est pas synonyme de remplir le ventre de l’enfant mais lui apporter une alimentation riche et équilibrée. « Les fruits, les légumes et surtout les produits locaux bon marché sont riches en vitamines, à l’opposé des aliments importés tels les produits surgelés ou laitiers au prix exorbitant  souvent sources de maladies diverses »,  a-t-il conclu. De son côté, Panty Taty, diététicienne, a insisté sur l’allaitement au lait maternel pour les nouveau-nés afin de garantir leur croissance.

L’information, la sensibilisation et l’éducation doivent guider toute action visant à protéger l’enfant et garantir son avenir. Des principes  fondamentaux que le Magazine Mwana met en exergue à travers son journal et aussi les différentes actions menées dans la société à l’instar des conférences-débats, véritables lieu  d’échange et de partage, contribuent aussi au bien-être des enfants.