P/Noire : 9 mois après son crime sur une mineure, un violeur de 53 ans arrêté, le bébé lui ressemble

0
1582

Bien qu’il ait accepté de s’occuper de son fils et sa mère, Guy M a été envoyé en prison par un juge qui pense ainsi le punir pour son acte. Neuf mois plus tôt, il a été accusé de viol sur une mineure de 17 ans. Il avait nié les faits et corrompu la police qui a cru en sa version. La mineure dont les parents ont refusé de la faire avorter à donner naissance à un bébé de sexe masculin qui ressemble totalement à son père qui n’est entre autre que Guy M le violeur.

Quand le juge a vu le bébé et le père, il n’a pas hésité un seul instant à l’envoyer en prison sans pour autant le condamner à une quelconque peine pénale. A en croire ce juge, c’est une punition qui lui servira de leçon dans l’avenir. Guy M a déposé aussi devant le juge une somme compensatoire de deux millions Cfa qui serviront à la mère de s’occuper de son bébé.

En outre, le juge a obtenu du coupable une prise en charge totale de son enfant et de sa mère avec une allocation mensuelle de 75000 fcfa.

La victime qui est la copine de la fille de Guy M a été violé par ce dernier après l’avoir drogué. Elle avait passé la nuit chez sa copine après la fête d’anniversaire. Guy M qui en était amoureuse avait reçu plusieurs refus avant de décider de la violer.

Profitant de l’anniversaire de sa fille, il l’avait convaincu de passer la nuit avec sa meilleure copine afin de réaliser enfin son rêve de coucher avec elle. Guy M aurait mis une drogue dans le verre de sa victime qui a vite remarqué à son réveil avoir été violée. Étant l’unique homme à la maison cette nuit, Guy M a été soupçonné par le fille d’en être l’auteur.

Devant la police, il avait nié les faits et accusé la fille de vouloir salir sa réputation. L’amitié entre sa fille et sa victime avait volé en éclat avant que la vérité n’éclate neuf mois plus tard grâce à la naissance du bébé issu de ce viol. Face au fait accompli, le violeur s’est vu contraint de reconnaître enfin les faits, poussant ainsi le juge à le punir sévèrement par un séjour en prison sans condamnation.