Où sont partis les 700 milliards débloqués pour la construction des 12 hôpitaux généraux

0
1405

En 2014, le pré­sident de la ré­pu­blique lan­çait les tra­vaux des 12 hô­pi­taux gé­né­raux dans chaque dé­par­te­ment du pays. Une en­ve­loppe de 700 mil­liards avait été dé­blo­quée pour que la du­rée des tra­vaux soit de 37 mois, exé­cu­tés par la so­ciété bré­si­lienne AS­PER­BRAS. De ces 12 hô­pi­taux, deux seule­ment viennent d’être inau­gu­rés en 2022, 8 ans après le dé­but des tra­vaux, un est en­core in­achevé à Kin­kala.

A ce jour sont mis en ser­vice les hô­pi­taux gé­né­raux de Djiri à Braz­za­ville, de Ngoyo à Pointe-Noire et ce­lui de Kin­kala en­core en construc­tion. Des 9 autres res­tants, au­cune nou­velle, ni un dé­but des tra­vaux à cause de la bou­li­mie fi­nan­cière de la fa­mille Sas­sou.

A Braz­za­ville, la so­ciété bré­si­lienne As­per­bras, char­gée des tra­vaux de ces hô­pi­taux avait ses bu­reaux à l’im­meuble Yoka Ber­nard sous la cou­ver­ture de Pers­pec­tives d’Ave­nir, l’ONG de Kiki Sas­sou. José Veiga, le pa­tron de cette so­ciété brésilienne est de­puis aux ar­rêts au Por­tu­gal suite à di­vers scan­dales fi­nan­ciers ayant conduit à la découverte de 8 mil­lions d’eu­ros au do­mi­cile au Por­tu­gal de l’an­cien mi­nistre Gil­bert On­dongo.

De ré­vé­la­tions en ré­vé­la­tions , des langues au sein de cette so­ciété af­firment que les tra­vaux ont été ar­rê­tés par faute de bud­get, re­tenu par les enfants de Sas­sou Nguesso. Cet ar­rêt des tra­vaux au­rait oc­ca­sionné une forte dis­pute entre Sas­sou et son fils Kiki qui au­rait ac­cusé à son tour José Veiga.

700 mil­liards se sont vo­la­ti­li­sés dans la na­ture pour un pro­jet aussi im­por­tant que ce­lui de la santé des Congo­lais sans que les autorités ne déclenchent une investigation. Entre temps, Denis Sassou Nguesso parle de la présence du ver dans le fruit alors qu’il est l’arbre sous lequel se cachent tous les voleurs de la république.

Dans une in­ter­view sur RFI et France 24, De­nis Sas­sou Nguesso qui a men­tit sur toutes ses ré­ponses est allé très loin en af­fir­mant que les 12 hô­pi­taux en construc­tion de­puis 2014 sont réa­li­sés à 75 %. On est en face d’un chef d’État qui n’a pas honte d’af­fir­mer 6 ans après le lan­ce­ment, que les ou­vrages ne sont qu’à 75 %.Quand on est pas prêt à une in­ter­view, in­utile de la réa­li­ser pour évi­ter de ra­con­ter des sot­tises.