Numérique : la société émirienne Presiht entend investir au Congo

0
325

Une délégation de la société Presiht ai LTD, basée à Dubaï (Émirats arabes unis), conduite par son directeur Afrique, Sheik Muhammad Shameen Hosenbocus, a été reçue, le 13 janvier à Brazzaville, par le ministre des Postes, Télécommunications, Léon Juste Ibombo. La délégation de Presiht veut financer le projet de construction des infrastructures technologiques.

Les autorités congolaises et leurs partenaires émiriens ont signé, en mars dernier, un protocole d’accord permettant à la société Presiht ai LTD de s’implanter en République du Congo. La rencontre entre les deux parties visait à finaliser le processus de partenariat, avant la transmission des documents au bureau du ministre de l’Économie et des Finances.

Une étape importante a été franchie dans les négociations, a assuré le directeur business développement de la société Presiht ai LTD, Sheik Muhammad Shameen Hosenbocus. « Nous sommes ici pour la poursuite des discussions avec le ministre dans le cadre du projet de digitalisation de la République du Congo. Le projet permettra d’améliorer le processus de digitalisation du pays, de mettre en place toutes les technologies de haut niveau en faveur de la population », a-t- il déclaré.

Pour le ministre Léon Juste Ibombo, la mise en œuvre du nouveau projet s’inscrit dans la ligne droite du Plan national de développement (PND) 2020-2026, dont le numérique est l’un des six axes prioritaires. Les discussions avec cette entreprise émirienne sont la preuve, a- t-il ajouté, de l’engagement de son département à chercher des financements innovants, c’est-à-dire des partenaires qui vont accompagner le gouvernement dans l’implémentation des différents projets numériques.

« Nos partenaires sont venus avec des documents qui nous permettront maintenant d’aller vers le ministère des Finances pour l’accord de financement, avant la phase d’opérationnalisation. La phase de négociations étant achevée, nous irons vers la finalisation du projet et le ministre des Finances doit intervenir pour boucler le projet. C’est la seule personnalité habilitée à engager les finances publiques de notre pays », a conclu Léon Juste Ibombo.