Neuf des milliers de magistrats pourris révoqués

0
1750

Mais nombreux dominent encore le corps judiciaire

Le Conseil supérieur de la magistrature, réuni le 27 mars à Brazzaville sous la présidence du chef de l’Etat Dénis Sassou NGuesso, a prononcé la révocation de 9 magistrats pourris.

Il s’agit entre autres du procureur général de la cour d’appel de Brazzaville, du président d’une chambre au tribunal de grande instance de Brazzaville, d’une juge d’instruction au tribunal de grande instance de Dolisie et du procureur de la République adjoint de Pointe-Noire.

Ils ont été virés. La justice, c’est fini pour eux. Même si le conseil a jugé bon de les laisser avec droit à pension, malgré tout le tort causé aux citoyens.

Le Conseil avait reçu 25 dossiers des magistrats véreux et corrompus. Nombreux ont été démis de leurs fonctions, ou s’en tirent avec un blâme inscrit au dossier. Trois magistrats ont même été rétrogradés.

Le conseil a également opposé un refus catégorique à tous ceux qui voulaient revenir après être virés les années antérieures. Leur recours a purement été rejeté.

Mais, la justice reste quand même pourrie et infestée des hommes en toge noire corrompus et incompétents. Malgré les gros salaires que l’État leur verse, ils sont nullement capables d’ouvrir une enquête sur des faits saillants, clamés par la population, le cas du FIGA aujourd’hui.

Le président Sassou NGuesso a appelé ce soir aux réformes de la justice au Congo.

Selon plusieurs observateurs, le conseil supérieur de la magistrature n’est plus crédible. C’est souvent le lieu où les puissants viennent régler les comptes aux petits magistrats sans soutien.


© Arsène SÉVERIN