Le ministre Pierre Oba entre la vie et la mort après la complication de son Sida

0
4693

L’éternel ministre des mines du Congo selon ses proches lutterait contre la mort à cause de l’état avancé de sa séropositivité. Des diarrhées incessantes sont devenues son quotidien et surtout des malaises nocturnes.

Dans les rues de Brazzaville, les songeurs disent souvent vanité des vanités en voyant l’opulence dont font montre les caciques du pouvoir avec de l’argent issu du vol. C’est le cas de Pierre Oba qui est au centre de la pollution des rivières dans plusieurs localités du pays en complicité avec ses partenaires Chinois.

C’est sa fille qui est entrain de tout polluer à Sounda, Kakamoeka, Kingoué et Mfouati dans l’extraction sauvage de l’Or et Fer. Mais tous ses milliards que Pierre Oba engraisse au détriment des Congolais ne lui servent pas à se passer de son état de santé. Le ministre qui est atteint du Sida voit ces derniers temps comment le virus trouble sa vie.

Les médicaments auxquels il est abonné ne sont plus efficaces et perturbe son immunité ayant poussé les médecins à le prédire une mort certaine. En un mot son espérance de vie est courte.

On raconte que c’est après avoir appris être atteint du Sida que le mauvais cœur de Pierre Oba s’est accentué. Il a décidé comme tout bon Mbochis, bien que des Plateaux de piller à jamais le sous sol Congolais. Grâce à l’Or , il a rendu son ne veau Christian Okouna et tient à faire de même avec sa fille.

Malgré les protestations des riverains de Sounda sur la dégradation de l’écologie, le ministre Pierre Oba a bouché ses oreilles pour que la société de sa fille exploite de l’Or. Pour un Mbochis , le malheur des Vili n’est pas son dada tant qu’il s’enrichit.

Mais le Sida est heureusement là pour rappeler au ministre Pierre Oba que ses jours sont comptés et que tout l’argent volé n’ira pas dans sa tombe. Le virus serait entrain aussi de causer des pertes de mémoire au ministre. Son épouse se plaint que chaque fois qu’il monte sur elle, il renonce au bout de 5 minutes.