Les contrôles d’identité nocturnes cachent-ils un coup d’Etat de palais?

0
1427

Par le truchement du ministre de l’intérieur Raymond Mboulou, le gouvernement a décidé d’instaurer des contrôles nocturnes d’identité afin d’éradiquer la délinquance juvénile pilotée par les bébés noirs. Ce phénomène qui a pris naissance dans les quartiers nord de Brazzaville, s’est peu à peu répandu dans les grandes villes du pays au nez des forces de l’ordre. En privé, les proches du pouvoir parlent d’un climat malsain susceptible de déstabiliser les institutions de la république.

Un coup d’État de palais serait-il en préparation au Congo? Selon plusieurs sources proches du pouvoir, depuis des semaines, des informations d’une déstabilisation du régime sont gérées par les services de sécurité. Tout porterait à croire que certains membres du clan chercheraient à prendre le pouvoir dans une sorte de coup d’État de palais.

C’est la présidence de la république qui aurait instruit au ministre Mboulou de se cacher derrière le phénomène des bébés noirs pour décréter l’entrée en vigueur immédiate des contrôles policiers nocturnes qui n’est en quelque sorte un couvre feu couvert.

Selon un analyste de la politique congolaise, tout le monde aura à remarquer que les policiers et des éléments de la DGSP ne seront déployés que dans les grandes artères et bâtiments stratégiques alors qu’en réalité ces bébés noirs agissent le plus souvent dans les ruelles obscures des quartiers. « Ils savent que rien ne va entre eux et veulent utiliser les moyens d’État et restreindre les libertés des citoyens pour régler leurs différends. » a t-il conclu.