Finances publiques : renforcement de la gestion de la trésorerie de l’Etat

0
341

Les outils d’optimisation de la gestion de la trésorerie de l’Etat ont été soumis à l’examen et à l’adoption au cours d’un atelier organisé le 11 janvier à Brazzaville. Ils permettent d’avoir l’information sur les engagements de l’Etat et les recettes attendues.

 Les artisans des réformes ont planché sur trois points essentiels: l’outil Excel de centralisation et de prévision des encaissements et des décaissements ; le projet d’arrêté portant attributions et fonctionnement de la cellule d’optimisation de gestion ; le protocole d’échange des données entre deux administrations et le gouvernement.

Le support de cet outil ne permettant pas au quotidien de savoir quel est le solde de trésorerie, ce qui fait qu’il va déclencher les levées de fonds qui ne sont pas du tout programmés, cela pose un problème dans une gestion active de la trésorerie. « Nous avons été instruits de réfléchir sur un support qui va lui permettre d’avoir en temps réel l’information sur tous les engagements de l’Etat, également sur l’ensemble des recettes qui sont attendues, un prévisionnel. C’est ce qui permet donc à l’avance de savoir quel est le solde s’il est déficitaire ou excédentaire. Nous mettons en place les indicateurs qui nous permettent de suivre les performances de chaque administration », a indiqué Gatien Ondaye, chef du projet optimisation de la gestion de la trésorerie de l’Etat.

Cet outil Excel, a-t-il précisé, va être développé pour qu’il soit automatisé. Pour son fonctionnement, Gatien Ondaye a explicité que toutes les administrations qui collectent les recettes vont l’alimenter à la fois en prévision et en réalisation. L’idéal est que la prévision soit exactement égale à la réalisation, donc les écarts de prévision peuvent être corrigés grâce à cet outil.

Pour améliorer le suivi, une cellule technique, a expliqué le chef du projet, sera mise en place et aidera le ministre dans la prise de décisions sur la trésorerie.

Le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Athanase Ngassaki, a fait savoir en ouvrant les travaux  que le ministre attendait des participants au séminaire l’élaboration d’une feuille de route réaliste pour la mise en œuvre de ce projet.