Isidore Mvouba fait venir des marabouts d’Afrique de l’Ouest pour protéger son fils tricheur Vadim

0
1050

C’est la panique dans le camp des tricheurs qui se croyaient à l’abri après leur forfaiture. Le président de l’assemblée nationale Isidore Mvouba qui vit ses dernières années sur terre a fait venir d’Afrique de l’Ouest trois marabouts pour protéger son fils Vadim Mvouba sur qui pèse une fatwa mortelle des esprits du Pool. Rappelons qu’après s’être moqué des populations de Bacongo 2 en abusant de leur choix dans les urnes, une série de malédictions a été lancée contre la famille Mvouba. C’est donc en prévision de cela que le chef du clan Isidore tente de parer à cette éventualité par la présence de ces trois marabouts ouest-africains à Brazzaville.

On ne peut jamais abuser des siens éternellement après un pacte avec le diable sans en subir les conséquences. Dieu est bon et le karma est toujours au tournant. Après avoir détourné des milliards de la municipalisation accélérée du département du Pool, Isidore Mvouba n’a pas trouvé mieux que de continuer à croire que les ressortissants de cette contrée ne sont que des idiots sur lesquels il peut marcher à jamais.

Alors que les populations de la circonscription de Bacongo 2 se sont rendu en masse pour voter l’un des leurs membres du parti UDH-YUKI, Isidore Mvouba en association de malfaiteurs avec ses amis Mbochis n’a pas mieux trouver que de voler leur victoire au profit de son fils, inconnu à Bacongo.

Petit à petit les malédictions des populations du Pool contre sa famille commencent à se faire ressentir poussant ainsi le Tsokoman de Kindamba à importer des solutions qui lui servent de bouclier. Il a fait venir d’Afrique de l’Ouest trois éminents marabouts afin de travailler mystiquement sur la protection de son tricheur de fils Vadim.

Un acte désespéré auquel se moquent les ressortissants du Pool qui attendent tranquillement l’accomplissent de leurs malédictions sur cette famille des fraudeurs. « Ce vieux tend vers sa mort et c’est tout ce qui nous intéresse ! » conclu un habitant de Bacongo.