France : la maîtresse de Bouya interpellée après avoir reçu un virement de 400.000 euros venant de Monaco

0
4705

L’une des nombreuses maîtresses de Ya Jeannot (Jean Jacques Bouya) aurait été interpellée par la police française qui lui a demandé de justifier une transaction financière dans son compte bancaire de 400000 Euros en provenance d’une banque offshore de Monaco. Incapable d’apporter des preuves soutenues, elle s’est vu notifier la confiscation de cet argent et une enquête a été ouverte contre elle.

Le Dza le Nwa, le yiba mbongo, le tonga ndako sont les principes qui guident le cartel de l’Alima au pouvoir au Congo. L’un des membres influent de ce cartel n’est entre autre que le Gros Jean Jacques Bouya dont l’une des maîtresses est dans le viseur de la police française pour un virement bancaire de 400.000 Euros qu’il lui aurait fait.

Ya Jeannot dont le protégé Jean Didier Elongo vient d’être inhumé sans sa présence ne se gêne plus depuis un moment de narguer les Congolais avec son butin mal acquis. A peine qu’il vient de perdre son épouse qu’il a voulu gratifier l’une de ses maîtresses de tout cet argent volé dans les caisses de l’État.

C’est à partir de l’un de ses nombreux comptes bancaires Offshore basés à Monaco que Bouya a fait un virement à sa maîtresse en France, disposant d’un compte à la Société générale. Le montant élevé de la transaction a attiré l’attention des services de lutte contre le blanchissement qui ont confisqué cet argent après l’incapacité de la bénéficiaire d’apporter des éléments convaincants.

Au chômage et percevant des allocations familiales, la vie de luxe de cette maîtresse de Bouya qui vit dans un pavillon dans le Val-d’Oise, n’a pas laissé indifférente les enquêteurs français. Le virement bancaire a été fait au nom d’une société pétrolière basée aux Caraïbes et qui exerce au Congo.

De nombreux dignitaires du Congo ont leurs maîtresses en France, pays où elles vivent dans l’opulence en profitant également de ses avantages en terme d’allocations.