Franc-ma­çon­ne­rie : des jeunes cadres du Tré­sor Pu­blic avalent -ils du sperme de leurs chefs ?

0
2014

Le bruit court dans la ca­pi­tale po­li­tique Braz­za­ville sur des pra­tiques peu ca­tho­liques au Tré­sor Pu­blic où des jeunes cadres trop am­bi­tieux ava­le­raient le sperme des su­per­vi­seurs. Ces actes les ou­vri­rait les portes de l’en­ri­chis­se­ment illi­cite avec la bé­né­dic­tion de la di­rec­tion. Rap­pe­lons qu’au Tré­sor Pu­blic s’ef­fec­tue toutes les ma­gouilles qui ont en­ri­chi plus d’un de ses agents.

A Braz­za­ville où il est rare qu’un se­cret le de­meure long­temps, le bruit sur les pra­tiques dia­bo­liques liées à la Franc-ma­çon­ne­rie ne cesse de cou­rir. Il se dit avec des exemples même que des agents du Tré­sor Pu­blic pour avoir un per­mis de vo­ler se­raient obli­gés de se sou­mettre aux en­vies sexuelles de leurs su­pé­rieurs.

Des agents femmes comme hommes se li­vre­raient à ava­ler le sperme des su­pé­rieurs, les­quels en re­tour fer­me­raient les yeux sur la fraude fi­nan­cière qui per­met à ces agents de sor­tir des mil­lions du Tré­sor. A Braz­za­ville, ces agents sont même ci­tés et fa­ci­le­ment on peut vous mon­trer leurs biens im­mo­bi­liers ac­quis grâce à ces pra­tiques ;

Au Congo, le che­min de l’en­ri­chis­se­ment n’est plus l’ef­fort ou l’ab­né­ga­tion dans le tra­vail, mais plu­tôt l’obéis­sance à une cer­taine ca­té­go­rie des per­sonnes qui tient les règnes du pays et des ré­gies fi­nan­cières, le tout sous fond de la secte ma­çon­nique.

Ces jeunes cadres du Tré­sor Pu­blic n’ont pas be­soin d’al­ler à Du­baï man­ger le caca des Arabes pour se faire des sous, ils avalent cal­me­ment le sperme de leurs su­pé­rieurs à Braz­za­ville même.

Se­lon un pas­teur évan­gé­lique, cette pra­tique ren­force la puis­sance de ceux qui éja­culent di­mi­nue la spi­ri­tua­lité des re­ce­veurs. Mal­gré qu’ils de­viennent riches, le sperme avalé ré­duit dras­ti­que­ment la qua­lité de leur vie et les rap­proche un peu plus de la mort.