Emmanuel Macron et l’Afrique, de l’amateurisme à l’arrogance

0
404

Pensé par l’Elysée et le Quai d’Orsay comme un tournant dans les relations franco-africaines, le 28 è Sommet Afrique-France, qui s’est tenu du 7 au 9 octobre à Montpellier, dans le sud de la France, a été plombé par les fortes tensions diplomatiques entre Paris et plusieurs capitales africaines

Il avait été envisagé pour « réinventer les relations entre la France et l’Afrique » à travers un format inédit qui exclut, pour la première fois depuis 1973, la participation des chefs d’Etat africains. Le nouveau chapitre des relations tumultueuses entre la France, ses anciennes colonies et les autres pays africains devait, selon la présidence française, s’écrire avec la société civile, le monde des affaires, les intellectuels africains attendus en force à Montpellier. 

Un chapelet de crises 

C’est sans doute un mauvais coup de destin pour le 28 è sommet Afrique-France : à la veille de son ouverture, la diplomatie française s’est fâchée avec plusieurs pays d’Afrique subsaharienne et du Maghreb. Avec le Mali, les relations ont atteint un point de non-retour après la décision de Bamako de signer un accord de coopération avec la société privée de sécurité russe Wagner. Alors que les autorités de transition maliennes voient dans ce choix un acte de souveraineté, la diplomatie française y trouve une décision déloyale. Rien ne semble indiquer aujourd’hui que les deux parties iront vers un apaisement. Le contentieux diplomatique et militaire entre la France et le Mali vient s’ajouter aux bisbilles entre Paris et la Républicaine centrafricaine qui portaient également sur l’arrivée de Wagner dans l’ancien pré-carré français.

Même si la diplomatie française s’en défend, les autorités centrafricaines voient dans leurs difficultés à obtenir des visas pour la France une forme de rétorsion qui ne dit pas son nom. Simple maladresse ou sentiment de superpuissance, la France a ouvert en même temps que les deux pays subsahariens une crise diplomatique avec l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, en décidant de diminuer de moitié le nombre de visas accordé aux ressortissants de ces trois pays au motif qu’ils ne coopèrent pas assez pour le renvoi du territoire français de leurs nationaux en situation irrégulière. Déjà très remontée par cette décision, l’Algérie a trouvé une raison supplémentaire de se fâcher avec la France dans les propos d’Emmanuel Macron qui avait estimé, devant des petits-fils de Harkis à l’Elysée, que les pouvoirs algériens post-guerre d’indépendance exploitaient à fond « la rente mémorielle ». 

Un logiciel diplomatique démodé  

A supposer même qu’il n’y ait pas toutes ces crises, Montpellier n’aurait pas accouché d’un nouveau chapitre dans les relations entre la France et l’Afrique. Le 28 è Sommet repose sur la politique du fait accompli dont la France est souvent coutumière avec l’Afrique. C’est la France et la France elle seule qui a décidé qu’elle n’inviterait aucun chef d’Etat africain. Sans concertation, ni service après-vente pour expliquer aux dirigeants africains pourquoi ils ne seront pas accueillis dans le sud de la France. En tout cas, la rupture dans les relations entre la France et l’Afrique commencera lorsque les dirigeants français changeront de logiciel et commenceront à traiter d’égal à égal avec leurs homologues africains. Sur ce point, personne n’a oublié la bourde diplomatique de Macron qui a annoncé en décembre 2019 à Bruxelles la tenue d’un Sommet entre la France et les pays les chefs d’Etat du G5 Sahel alors que ces homologues du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad n’en étaient même pas informés. L’attitude des dirigeants français dans la crise malienne est venue achever de convaincre que le sommet de Montpellier ne suffira pas à poser la première pierre du chantier des relations réinventées entre la France et l’Afrique. 

Des relents colonialistes  

Entre amateurisme et arrogance coloniale, le président Macron, la ministre des armées Florence Parly et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian se sont adressés au Premier ministre malien Choguel Maïga comme à un « sous-préfet » de la République française. Leurs propos sortaient, de toute évidence, du registre diplomatique et de la courtoisie habituelle requise dans les relations entre les Etats. 

A Montpellier, on n’abordera pas ce principe de considération et de respect mutuels entre dirigeants africains et français, ni même le contentieux non soldé de l’histoire coloniale (le drame de Thiaroye, les massacres des indépendantistes au Cameroun, à Madagascar). Tout s’y passera comme si en préférant la société civile aux dirigeants africains, la France va réinventer ses relations avec l’Afrique. Il faut donc bien plus que des innovations de forme et un dialogue entre le président français et des jeunes Afrique le vendredi 9 octobre pour réinventer les relations entre la France et l’Afrique.