Education: des réformes observées à l’enseignement professionnel

0
1272

En vue de s’arrimer aux standards internationaux, la formation au niveau des écoles paramédicales a connu cette année des réformes dans les filières de sages-femmes, techniciens de laboratoire et des infirmiers généralistes.

Le directeur général de l’enseignement professionnel, Christophe Lia, a annoncé, le 3 août, que les réformes consistent à donner plus de connaissances aux apprenants des écoles paramédicales pour obtenir le diplôme équivalent à la licence après trois ans de formation au lieu de deux ans comme auparavant.

Brazzaville et Pointe-Noire ont été les premiers départements à prolonger leur formation. Ces reformes s’étendront progressivement dans toutes ces écoles sur  l’ensemble du territoire national.  

Interrogé sur les diplômes obtenus antérieurement en deux ans, il a souligné des passerelles de formations complémentaires pour les impétrants.

Cette information sur les réformes a été communiquée après le lancement des épreuves écrites de l’examen de fin de formation session d’août 2022, au lycée technique industriel 1er mai, par le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement technique et professionnel, Paul Soni Benga.

Au total, 2 988 candidats passent le test dans plusieurs centres. A propos, le directeur des examens et concours, Joseph Moukila, a donné à cette occasion les statistiques des candidats à l’examen de sortie des écoles professionnelles. Brazzaville compte 1941 candidats repartis dans dix centres. Les candidats sont issus des écoles paramédicales, des instituteurs, des beaux-arts, des carrières administratives, etc.   

L’examen se déroule en deux étapes : la phase écrite et pratique. Il concerne notamment les départements de Brazzaville, Pointe-Noire, Niari (Dolisie), Pool (Kinkala) ainsi que celui de la Cuvette (Owando).