Force publique : quarante-cinq officiers formés en DIH et en DIDH

0
567

Le département de la défense nationale a lancé, le 3 octobre, à Brazzaville la session de formation de base des instructeurs de la force publique sur le droit des conflits armés ayant pour thème « Officiers de force publique, harmonisons notre méthodologie d’instruction des personnels en Droit international humanitaire (DIH) et Droit international des droits de l’homme (DIDH) pour une meilleure protection de notre éthique collective », en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

L’objectif général de la session qui va durer cinq jours est de donner une formation qualifiante aux participants pour être des instructeurs en DIH et DIDH. En termes d’objectif spécifique, il s’agit de de former des instructeurs DIH-DIDH des différentes entités de la force publique ; de créer un vivier d’instructeurs en DIH et DIDH afin de garantir l’enseignement de la matière dans toutes les structures de la force publique ; d’harmoniser la méthodologie de l’instruction des personnels de la force publique en DIH et DIDH.

Le chef d’état-major général des Forces armées congolaises, le général de division Guy Blanchard Okoï, a indiqué à cette occasion que le retour d’expérience des missions passées renseigne qu’au-delà des apports techniques, il est nécessaire de prendre en compte, dans la planification les normes nouvelles, les règles d’engagement. « Nous devons malheureusement aussi faire un effort de regarder le passé pour mieux orienter l’avenir. Ce passé vers lequel nous nous retournons reste entaché par les mauvais comportements répréhensibles de certains éléments de la force publique en opération qui ont terni l’image de notre institution à un moment donné de son histoire », a-t-il révélé.

Guy Blanchard Okoï a également signifié à cette occasion que parmi les reproches faits à leur corporation figurent les questions liées au maintien des droits de l’homme. Il a assuré que la volonté du gouvernement d’éradiquer ce comportement ne fait l’ombre d’aucun doute. La tenue du présent séminaire de formation de base des instructeurs a pour ambition de former les instructeurs en DIH et en DIDH qui prendront à leur tour le relais des connaissances acquises pour mettre le personnel en conformité avec les textes.

 Notons qu’à l’issue de ce séminaire les quarante-cinq officiers formateurs doivent être prêts à l’emploi dès la formation ; être des promoteurs de la connaissance pratique du DIH et DIDH auprès des autres agents de la force publique ; être respectueux du DIH et DIDH dans l’accomplissement de toutes leurs missions ; contribuer au changement remarquable dans l’attitude et le comportement des agents de la force publique vis-à-vis de la population ; enfin, contribuer à réduire les comportements pervers envers la population.