Développement local: quelques priorités pour remettre Louingui sur les rails

0
461

Réunis autour d’une table ronde le 1er octobre à l’hôtel de la sous-préfecture de Louingui, les filles et fils de cette contrée du département du Pool ont esquissé quelques pistes en vue de sortir leur district de l’ornière.

Placée sur le thème « Quels enjeux stratégiques pour un développement durable ? », la conférence économique de Louingui, initiée par le député Elbe Biscay Bidié, a débouché sur une série de recommandations. En effet, la rencontre a été dominée par trois exposés qui ont porté respectivement  sur l’économie et les infrastructures, l’éducation ainsi que la santé.

Au regard des opportunités agropastorales dont regorge cette sous-préfecture, les participants ont recommandé le lancement d’une campagne de recensement des agriculteurs afin de se doter d’une base de données fiable et actualisée pour mieux les accompagner. Ils ont aussi demandé la mise en place d’une unité de coordination de tous les projets en cours dans la sous-préfecture; la valorisation des métiers agricoles en réfléchissant sur les mécanismes garantissant la sécurité sociale des paysans ; la création des structures de formation dans les métiers ruraux.

La conférence de Louingui a également suggéré la nécessité de susciter l’adhésion des jeunes natifs formés dans les métiers agricoles pour s’installer dans les villages ; faire un plaidoyer pour arrêter les tracasseries de la force publique sur les transporteurs ; relancer l’observatoire de l’agriculture de Louingui et la station piscicole domaniale de Molenda.

Sur le plan commercial, les participants ont souhaité la création d’un établissement de microfinance local financé par la population et les cadres locaux; l’appui aux transformateurs des produits agricoles ; à l’unité de transformation de l’aliment de bétail de Kiazi ; la promotion de l’entrepreneuriat au niveau local.  L’un des soucis majeurs de la population étant la dégradation des routes, il est suggéré la descente des missions de reconnaissance pour évaluer leur état physique afin de déterminer les travaux d’urgence pour un éventuel désenclavement.

Améliorer les conditions d’études

Concernant l’éducation, des stratégies ou pistes de solutions ont été définies. Il s’agit, entre autres, de doter l’inspection d’un moyen roulant pour assurer l’encadrement de proximité et le contrôle régulier au sein de la circonscription ; créer un fonds de prise en charge des enseignants bénévoles et prestataires, pour mieux les gérer tant du point de vue de leur formation que de leur rémunération ; créer un centre culturel, une bibliothèque dans la contrée pour combler les insuffisances et/ou les lacunes constatées chez les apprenants et les enseignants ; créer des structures de l’enseignement technique, professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi, ainsi qu’une structure d’alphabétisation.

Quant à la santé, les participants ont recommandé le développement des deux aires de santé dans le district de Louingui ; la réhabilitation des différents bâtiments des Centres de santé intégré (CSI) et postes de santé. Il s’agira aussi de doter tous les CSI et postes de santé en matériau biomédical ; procéder à un renforcement qualitatif et quantitatif du personnel de santé dans toutes les formations sanitaires, notamment médecins, assistants sanitaires, techniciens de laboratoire, sages-femmes, infirmiers d’Etat, agent technique de santé, aides-soignants.

Pour la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des recommandations formulées, l’initiateur, Elbe Biscay Bidié, entend créer une organisation non gouvernementale dénommée Action communautaire et mutualité. « Je pense que les réponses ont été apportées, des recommandations formulées, nous en ferons bon usage. Les copies seront déposées à la présidence de la République, à la primature, aux autorités compétentes afin de regarder comment ces recommandations peuvent être exploitées au profit des enfants de Louingui qui n’ont fait qu’exprimer leur souhait. Aujourd’hui, il faut reconnaître que le district de Louingui est dépourvu de tout », a rappelé le député de la circonscription électorale unique de Louingui, précisant que l’éducation, la santé et l’aménagement des voies restaient les priorités.

S’organiser en coopérative

Saluant cette initiative, le président du Conseil départemental du Pool, Michel Mampouya Boboutou, a rappelé que l’objectif de ces assises était de créer une synergie pour le développement intégral de la localité et de mettre sur pied une plateforme d’analyses et d’échanges pour le progrès de Louingui. « Dieu nous a tout donné surtout dans les pays de Boko. Les bonnes terres, vous les avez, nous étions le premier fleuron de la production d’agrume au Congo, aujourd’hui nous sommes presque les derniers. Nous avons connu les affres de la guerre, maintenant nous devons relever le défi », a-t-il souligné.

Présidant les travaux, le parrain de l’événement, le Pr Louis Bakabadio, a rappelé quelques valeurs qui devraient caractériser les filles et fils de Louingui. Il s’agit, entre autres, du travail, de l’effort, de la patience, de l’épargne, de l’investissement et de la solidarité. « Nous pouvons donc maximiser nos chances de réussite avec la mutualisation des moyens. Je pense que cette conférence devrait réfléchir sur les modalités d’organisation de la production et de la commercialisation sous forme de coopérative », a-t-il proposé.