Doctrine Mouebara : empêcher aux sudistes et républicains nordistes d’avoir un passeport pour quitter le Congo

0
1246

On dit souvent que le vrai tribaliste est celui qui s’en sert pour conserver son pouvoir ! Combien de fois, le clan Sassou aime prôner le vivre ensemble dans les discours vides et fleuves alors que sur le terrain le tribalisme a été institutionnalisé. Le dernier exemple en date est cette liste des douaniers envoyés en formation au Burkina Faso, tous sont du nord. C’est la doctrine Mouebara appliquée par le clan au pouvoir qui consiste à marginaliser les sudistes et ces nordistes qui affichent leur patriotisme.

Dans un pays normal, Inès Ingani ne serait plus jamais ministre de la république vu la manière dont elle a été évincée du gouvernement. Mais elle est revenue et a même eu l’audace de monter une loi Mouebara pour flatter Denis Sassou Nguesso le fils de la fameuse Mouebara.

Quand on voit comment Denis Sassou Nguesso vénère sa défunte maman au point de ramener à chaque fois tout le gouvernement à Edou pour se recueillir sur sa tombe, il est incompréhensible de constater que son nom sert aussi à couvrir les insanités. Pourtant, en parlant de sa maman, Sassou Nguesso la présente comme une bonne personne ayant laissé des bonnes empreintes sur terre.

Mais bizarrement son nom Mouebara a servi à la première opération visant l’épuration ethnique du peuple Kongo. Les opérations militaires menées dans la partie sud ont été baptisées Mouebara.

La continuité de cette doctrine est l’anéantissement actuellement du général Jean Marie Michel Mokoko et d’André Okombi Salissa, présentés comme ses fils du nord républicains qui n’adoptent pas les séquelles régionalistes du clan Sassou.

C’est au nom de cette même doctrine que l’armée intervient toujours de la manière la plus violente à toute révolte dans la partie sud du pays, mais ferme les yeux face aux incursions des militaires Angolais.

On peut aussi parler de cette volonté bien que chaque échouée de créer une domination nordiste sur le sudiste à tous les niveaux. Sur 10 étudiants congolais envoyés à l’étranger, 8 sont nordiste par exemple.

La doctrine Mouebara consiste aussi à empêcher un maximum des sudistes à s’épanouir loin du pouvoir en les privant par exemple des passeports, en poussant les forces de l’ordre à racketter les commerçants sur la RN1. Malgré tout ces faits, les nordistes fuient le nord pour le sud alors qu’avec tous les moyens de l’État à leur disposition le nord serait déjà un paradis.