Des médecins formés par l’État et abandonnés à leur sort et on préfère recruter dans l’armée

0
801

Et comme ça Denis Sassou Nguesso a le toupet de venir se plaindre des réseaux sociaux qui sont une menace pour son pouvoir. Comment peut-on privilégier rendre pléthorique une armée inutile que renflouer les hôpitaux des médecins qualifiés formés par l’État à Cuba? Ces jeunes médecins ont manifesté devant le ministère de la santé pour réclamer leur intégration à la fonction publique.

Les autorités congolaises sont les seules au monde qui n’accordent aucune considération à la santé des populations au point d’ignorer durant une année des médecins que l’État a formé au prix de nombreux sacrifices financiers. Après sa formation, un médecin a l’obligation de passer à la pratique au risque de se perdre professionnellement.

Rentrés de Cuba par des vols charters médiatisés par l’État, des jeunes médecins congolais sont depuis abandonnés à leur sort et traînent dans les quartiers de Brazzaville et de Pointe-Noire. En lieu et place des outils de médecine, ils sont devenus des grands parieurs de Congo bet ou des joueurs de Dame ou Ngola.

Pendant ce temps, le pouvoir s’est lancé dans le recrutement de 1500 jeunes dans les forces armées dont la contribution est nulle au Trésor Public.On comprend où se situe réellement la priorité du pouvoir de Brazzaville.

C’est sous Denis Sassou Nguesso que les hôpitaux du Congo sont devenus des mouroir et des endroits de racket des malades par les médecins. Et c’est le même président qui se plaint de l’animosité des congolais envers son régime. Son fils Denis Christel Sassou Nguesso a détourné les 700 milliards décaissés pour la construction des 12 hôpitaux généraux et c’est la faute des opposants selon lui.