Coronavirus :Firmin Ayessa dans le coma évacué en France au lieu de l’hôpital d’Oyo

0
13580




Le vice-premier ministre chargé de la fonction publique, Firmin Ayessa serait dans un état comateux et son pronostic vital serait engagé à l’hôpital américain de Neuilly en France. Atteint du coronavirus et présentant d’autres pathologies, il a bénéficié d’une évacuation sanitaire à bord d’un avion médicalisé. Ces gens qui aiment tant vanter l’hôpital de référence d’Oyo, au finish vont se soigner ailleurs. Ce monsieur rappelons-le est aussi le beau-père de Sassou Nguesso via sa fille Belinda Ayessa.




Firmin Ayessa serait-il le tout premier membre d’un gouvernement d’Afrique Centrale décédé du coronavirus ? Tout porte à le croire malgré son évacuation à l’hôpital américain de Neuilly dans la région parisienne où, les médecins tentent de le sauver.Les autorités du Congo n’ont jamais tiré les leçons du drame du 04 mars à Mpila.

Le système sanitaire avait alors prouvé ses limites et 8 ans après, on est plus pire.Les dirigeants continuent à se faire soigner encore à l’étranger et même le parlement a signé un accord avec cet hôpital parisien en faveur des parlementaires.




Caressé par le Coronavirus, Firmin Ayessa, qui selon les songeurs ne cessait de pleurer en Makoua, voyant déjà sa mort se trouve dans un état comateux en France Après que son beau-fils Denis Sassou Nguesso lui ait trouvé un avion médicalisé.

Celui qui a trahi son frère Jean Marie Michel Mokoko, aurait même selon le songui songui révélé à sa fille la cachette de ses milliards volés au Congo. Au CHU-B, les murs ont déjà compté deux tombées victimes du coronavirus, les images de ce centre hospitalier diffusées sur les réseaux sociaux mettent à nue tout les discours du gouvernement de ses derniers jours.




Le CHU-B est dépourvu de tout au point de voir le personnel médical et les malades prendre la fuite après les morts des deux cas du coronavirus.

Si les armes n’ont pas encore eu raison des incompétents sexagénaires et septuagénaires qui dirigent le Congo, le coronavirus sera peut-être la solution tant attendue. Au moins, le coronavirus ne causera pas de rancune et vengeance.