Corée du Nord: Kim Jong-un accuse Washington d’être à la racine des tensions sur la péninsule

0
168

Kim Jong-un a appelé à renforcer les capacités militaires de son pays pour affronter ce qu’il appelle « les forces hostiles ». Dans un discours lundi 11 octobre, il a notamment pointé du doigt les États-Unis qu’il estime être responsables des tensions sur la péninsule coréenne. Des déclarations du leader nord-coréen qui se déroulent seulement une semaine après que les lignes de communication directes entre les deux Corées ont été rétablies.

L’image et le texte ne vont pas forcément de pair en Corée du Nord. C’est devant des missiles nucléaires que Kim Jong-Un a affirmé que les États-Unis étaient à la racine des tensions sur la péninsule. Le leader nord-coréen ne croit pas aux propos de l’administration Biden qui a assuré à plusieurs reprises n’avoir aucune intention belliqueuse envers la Corée du Nord.

La menace « d’actes forts »

À l’occasion du 76e anniversaire du Parti du travail ce lundi, célébré par une exposition présentant les innovations militaires nord-coréennes, le dirigeant a également plaidé pour le droit de son pays à « organiser sa propre défense ». Une ligne répétée à souhait ces dernières semaines, accusant Séoul « d’hypocrisie » et de « doubles standards ». Car le Sud développe ses capacités tout en condamnant les innovations militaires du Nord.

Kim Jong-un a menacé son voisin d’actes forts s’il poursuivait avec cette politique tout en assurant que le développement militaire nord-coréen ne visait pas le Sud car l’histoire d’un conflit sur la péninsule ne devait pas se répéter. Une façon d’augmenter la pression sur le président sud-coréen dont le mandat se termine en mai et qui souhaite obtenir du Nord une déclaration de la fin de guerre de Corée officiellement toujours active depuis 1950.