Quel rôle pour la diaspora dans la nouvelle relation Afrique-France?

0
259

Ils sont Français, binationaux et dynamiques. Ils font bouger l’Afrique, et peut-être aussi les lignes politiques. La diaspora, mise en vedette lors du dernier sommet Afrique-France, est au cœur de la stratégie de Paris pour réinventer son lien avec le continent.

Jouer le rôle d’ambassadeur sur le continent ? Aucun problème pour Matina Razafimahefa. Cette cofondatrice de la première école du digital à Madagascar a fait partie des 3 000 invités au sommet Afrique-France qui s’est déroulé à Montpellier. Elle estime que la diaspora peut faire le relais entre Paris et le continent. « Elle peut développer son pays d’origine tout en restant en France », déclare à RFI la jeune franco-malgache. « Lorsqu’elle rentre au pays, la diaspora peut montrer comment ça se passe en Europe et aider à atteindre des normes internationales. Tout ce transfert de compétences me semble important. »

Le président Emmanuel Macron l’a réitéré à Montpellier : les diasporas « font vivre » cette nouvelle relation entre la France et l’Afrique et sont « totalement Français », a-t-il insisté.

Certains y ont vu le discours d’un président en début de campagne. « Il y a certaines diasporas qui sont sceptiques, elles ont l’impression d’être tombées dans un piège », estime Roland Portella, président du club économique Coordination pour l’Afrique de Demain (Cade). « On a besoin de ces diasporas-là, ajoute-t-il, pour faire de la politique, pour faire un semblant d’investissement productif, mais au final, là où il y a véritablement des poches de croissance, des poches de richesse, ces diasporas ne sont pas là. »

Même constat chez Dogad Dogoui, président de la plateforme d’accompagnement des PME, Africa SMB Forum, qui demande davantage de reconnaissance. « La diaspora africaine en France, elle est française, dit-il, donc elle joue les intérêts de son pays. En revanche, elle a des origines africaines, donc elle a envie d’avoir une approche équilibrée. Ça ne peut pas être uniquement dans les mots, ça doit être visible dans la structuration, dans les nominations. »

Prendre la première place

À l’issue du sommet vendredi, Emmanuel Macron a annoncé la création d’une maison des mondes africains et des diasporas au cœur de Paris. Il a aussi reconnu qu’il fallait nommer davantage de personnes issues des diasporas dans l’administration.

Dogad Dogoui demande là-aussi des actes. « Impliquez la diaspora quand vous allez pour des marchés en Afrique. Impliquez la diaspora dans les discussions avec les intérêts français et les intérêts africains, il faut qu’elle soit entièrement dans le jeu et qu’elle ne soit pas sur les strapontins », assène le Franco-Ivoirien. Et d’ajouter : « Ça veut dire qu’elle ait la première place parce que ce sont ceux-là qui vont pouvoir gérer, ouvrir les portes pour l’économie française de demain. »

Freins

Encore faut-il qu’elle en ait les moyens. « Si ces diasporas n’ont pas de véhicule par elles-mêmes ou d’infrastructures d’investissement, qu’est-ce qu’elles peuvent faire ? », s’interroge Roland Portella de la Cade. Le dirigeant signale que les diasporas des pays francophones ne sont pas encore performantes socialement et techniquement quand elles se dirigent vers leur pays d’origine. « Dans les pays d’Afrique anglophone, explique-t-il, ça bouge beaucoup plus. Il y a des entrepreneurs de très haut niveau et une demande qualifiée, que ce soit le Nigeria, Ghana, Kenya ou la Tanzanie. »

Pour soutenir l’entrepreneuriat, la France a dévoilé un fonds de 10 millions d’euros pour aider des entreprises africaines innovantes du secteur numérique. « On voit qu’il y a une volonté de faire évoluer les choses », reconnaît Matina Razafimahefa, qui a apprécié les échanges entre les entreprises africaines et françaises. « Après, il faut réussir à le faire et il faut pousser la collaboration plus loin », conclut la cofondatrice de Sayna.