CAN 2022-Burkina Faso: «Nous dédions cette qualification à notre peuple»

0
822

Victorieux de la Tunisie samedi 29 janvier (1-0), le Burkina Faso est qualifié pour les demi-finales de la CAN 2022. Une performance remarquable pour une équipe diminuée en début de compétition, et une grande vague de joie à destination des Burkinabè, alors que leur pays vient de vivre un coup d’État.

C’est peu dire qu’il y a eu de l’émotion, à Garoua, pendant et après le quart de finale de la CAN 2022 entre le Burkina Faso et la Tunisie. Dans un stade Roumdé Adjia bouillant, les Étalons sont venus à bout des Aigles de Carthage grâce à un but du jeune Dango Ouattara (1-0). Et juste après le coup de sifflet final, Kamou Malo peinait à cacher son émotion au moment de s’adresser à la presse.

« J’aimerais partager cette joie avec le peuple. Nous dédions cette qualification à notre peuple », a confié le sélectionneur burkinabè, évoquant « les derniers événements » survenus au Burkina Faso, où Roch Marc Christian Kaboré a été renversé par un coup d’État.

« Nous pouvons leur apporter un peu de joie »

« Nous avons eu un coup de fil du chef de l’État [Paul-Henri Sandaogo Damiba, le chef de la junte militaire, ndlr] qui nous a encouragés. On lui avait promis cette qualification, c’est fait », a poursuivi Kamou Malo.

« Très fier du travail accompli », le milieu de terrain Adama Guira a aussi eu quelques mots à l’attention du peuple burkinabè. « Depuis ce matin, on sentait une grande ferveur dans notre pays. Les gars sont avec nous. On vit des heures assez troubles, mais ils sont derrière nous. C’est le pays des hommes intègres. Nous leur dédions cette victoire », a-t-il confié.

Indisponible en raison d’une blessure, Issoufou Dayo a assisté au succès des siens. Le défenseur a également eu envie de « dédier cette victoire au Burkina Faso ». « Nous autres, joueurs, pouvons leur apporter un peu de joie dans leurs cœurs. On l’a fait ce soir », s’est félicité le défenseur.

« Ce qui nous arrive n’est que bonus »

De retour dans le dernier carré, comme en 2017, le Burkina Faso ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « L’appétit vient en mangeant », a rappelé Adama Guira. C’est l’ambition des sportifs qui parle, mais aussi la volonté d’offrir encore des moments de bonheur à leurs compatriotes. « Le football est un facteur de rassemblement, quelque chose qui unit les gens. »

« Il faut aller chercher ce titre qui fera vraiment plaisir aux Burkinabè », lance clairement Issoufou Dayo, qui devrait être rétabli pour la prochaine étape des Étalons : la demi-finale contre le Sénégal ou la Guinée équatoriale. Le défenseur de la Renaissance sportive de Berkane se projette déjà sur le match pour le titre, car à ses yeux, « une demi-finale, ça ne se joue pas, il faut gagner pour aller en finale ».

Plus prudent, mais tout aussi motivé, Kamou Malo conclut : « Nous allons jouer crânement nos chances. Ce qui nous arrive aujourd’hui n’est que bonus. Je pense que nous avons largement rempli notre contrat. Les garçons ont envie de mordre à pleines dents dans cette belle fête du football africain. »

C’est dans un stade Roumdé Adjia acquis à leur cause que les joueurs burkinabè se sont qualifiés pour les demi-finales. Un grand soulagement pour El Hadj Mahamadi Lamine Kouanda, président d’honneur des supporters des Étalons…