Bien mal acquis : Un hold-up sans gêne des biens d’autrui par Michel NGAKALA

0
2474





Il y’a longtemps que les congolais s’offusquent des pratiques immorales des despotes du PCT qui ont ruiné le pays. Seraient-ils décidés de réaliser, à présent, leurs basses œuvres au détriment des paisibles familles congolaises ?




N’est-ce pas ce que traduit l’interrogation qui suit:

Michel Ngakala, alias « Omboyo » qui veut dire féticheur en mbochi, s’emploie t’il à s’accaparer des biens de sa défunte épouse, Koumba Monique décédée en août dernier, sœur aînée du colonel Moussabou Luc Anatole ?

La rumeur dans les rues de Brazzaville dit que depuis son éviction à la tête du Pct, Ngakala Michel serait malheureux parce qu’il n’a plus d’argent; son quotidien serait tellement devenu du ping pong, qu’il verserait désormais dans des plans mafieux et macabres.
Son dernier plan serait donc aujourd’hui de mettre la main, à tout prix, sur tous les biens laissés par sa défunte épouse décédée le 17 août 2020.




Que se passe t’il ?

Sa belle famille se refuserait à céder aux menaces, mais Michel Ngakala aurait décidé d’user de tout moyen pour réaliser son hold-up du patrimoine de la défunte. Il s’en prendrait particulièrement au colonel Luc Anatole Moussabou (photo ci-contre) et à sa sœur cadette Moussabou henriette, respectivement petit frère et petite sœur de la défunte, qu’il aurait menacé directement de mort. Ces propos sanguinaires auraient été dits en présence de sa sœur cadette Ngakala marie Odile, son fils Ngakala Ramsès et aussi devant Moussabou henriette et Makendzot hyppolite.

En réalité, comme devenu courant, Michel Ngakala, dit Omboyo, se moquerait de la loi alors qu’en 1994 à la Mairie de Pointe noire, ils s’étaient mariés sous le régime biens séparés. Les deux ont eu à travailler, dans l’administration en occupant des fonctions respectives.
Madame Monique, a eu à travailler de son côté et construit son avenir, tout en sachant qu’elle avait sa famille à côté avec laquelle elle a eu beaucoup de proximité.

A sa mort, le 17 août 2020, le féticheur Michel Ngakala dit Omboyo, parce qu’il est du pouvoir clanique dominant, se serait fâché et aurait menacé de mort le colonel Moussabou, ce dernier ayant simplement demandé l’application de la loi sur la succession et le lègue des biens.




Une sale affaire qui en cacherait bien d’autres ?

En tout cas, l’attitude dans cette affaire de Michel Ngakala, dit Omboyo, interroge.
Si tout ce qui parvient à  » l’OREILLE DU CITOYEN  » se révèle vrai, le cas de Michel Ngakala serait à suivre de très très près.

L’Oreille du citoyen est, par ailleurs, au courant de plusieurs autres affaires le concernant à l’exemple des allégations concernant la mort de Mme Malonga, ancienne maire de Kinkala ainsi que celle de Mme Boumoutou Yila, ancienne ministre, deux de ses anciennes maîtresses. Ces allégations mériteraient d’être éclaircies.

NON ! LES  » FÉTICHES » ET L’INTIMIDATION NE PEUVENT TOUT PERMETTRE ?

Selon les rumeurs, Michel Ngakala, dit Omboya, prétend avoir pouvoir sur tout et être invincible parcequ’il croit sans limites à la force de ses fétiches. Il serait considéré par ses proches comme un grand criminel, vicieux et dangereux, chargé d’initier les jeunes dans la secte d’oyo.

Ainsi, il serait, semble-t’il très impliqué il dans beaucoup de sacrifices humains, homosexualité et pédophilie. Il se dirait gourou, homme de fétiches et utiliserait ce prétexte pour faire peur à tous ceux qui le côtoient.

Face à de telles allégations,  » l’OREILLE DU CITOYEN  » ne peut garder silence et surtout ignorer les menaces à l’endroit du colonel Moussabou et des autres membres de la famille que nous encourageons à saisir la justice, quand bien même nous doutons de l’impartialité de l’institution judiciaire qui, du reste, est aux ordres de la famille régnante.




Ceux qui, comme Michel Ngakala, se moquent où se moqueraient ainsi du droit des gens, devront toujours se rappeler une chose: les crimes humains sont imprescriptibles et sont poursuivables au niveau des juridictions internationales. La compétence universelle est désormais un épée Damoclès contre l’impunité.

Avis aux amateurs: Michel Ngakala a une résidence en France où il a l’habitude de séjourner. Il est donc poursuivable en France.

Nous reviendrons incessamment sur les nouveaux développements de cet insupportable hold-up des biens d’une femme qui aurait longtemps souffert de l’abandon familial et conjugal.