A l’image du gouvernement, les Diables Rouges montrent leur nullité face en Gambie

0
993

La Gambie a écrit une nouvelle page de son histoire grâce au match nul obtenu contre le Congo-Brazzaville ce dimanche 10 septembre (2-2) au terme d’un scénario fou. Les Scorpions décrochent leur ticket pour la CAN 2023 et privent les Diables rouges de la compétition. 

La Gambie n’a participé qu’une seule fois à la CAN, en 2021. Grâce à ce match nul (2-2) contre le Congo-Brazzaville ce dimanche 10 septembre, les Gambiens vont écrire une nouvelle page de l’histoire du sport de leur pays lors de l’édition 2023 en Côte d’Ivoire. Malgré une préparation de match terminée dans l’horreur du séisme qui a frappé le Maroc, elle a puisé dans ses ressources pour renverser une situation qui semblait inextricable. 

La première mi-temps a fleuré bon l’exploit pour des Diables rouges largement dominateurs, au stade de Marrakech. Ils se sont procurés les seules occasions de la partie avant la pause et ont été logiquement récompensés par un but bienheureux de Gaius Makouta (30e), qui a gratté un ballon légèrement improbable dans la surface. Puis, ils ont été bien aidés par l’arbitre de la partie, qui a vu une main gambienne sur un centre qui a traversé la surface, alors que le ballon avait clairement heurté le dos du défenseur. Silvere Ganvoula ne s’est pas fait prier pour transformer et faire le break (45e+1).

Une deuxième période renversante

La deuxième mi-temps a été beaucoup moins productive côté congolais, bien moins timorée côté gambien. Les hommes de Tom Saintfiet ont renversé la vapeur. Après de longues minutes à pousser, la réduction de l’écart est arrivée à la 81e sur un long centre, bien repris par Yankuba Minteh, après que Pavelh Ndzila se troue sur sa sortie aérienne. C’est finalement Mohamed Badamosi, dans le temps additionnel (90e+1), qui a donné la victoire aux siens. 

La Gambie termine donc à la deuxième place du groupe G, synonyme de qualification, avec 10 points et trois d’avance sur les Diables rouges, qui se sont effondrés un à un sur la pelouse au coup de sifflet final.