Washington évoque une «flotte» de ballons espions chinois

0
1086

Selon Washington, le ballon espion chinois abattu ce week-end n’était pas un coup d’essai. Au contraire, il s’agirait d’une « flotte », un large programme d’espionnage de Pékin qui toucherait des pays partout dans le monde. C’est que révèle le secrétaire d’État américain Antony Blinken ce mercredi 8 février lors d’une conférence de presse avec le secrétaire général de l’Otan. 

Avant de rendre l’information publique, les États-Unis ont prévenu une dizaine de pays alliés, ceux dont le territoire a potentiellement été survolé par cette flotte de ballons espions chinois, comme celui repéré la semaine dernière au-dessus du Montana et abattu en mer ce week-end par un chasseur américain.

« Les États-Unis n’étaient pas la seule cible », assure Antony Blinken. Ce vaste programme a violé la souveraineté de plusieurs pays et sur les cinq continents, révèle le secrétaire d’État, en conférence de presse, après sa rencontre avec le secrétaire général de l’Otan à Austin, au Texas.

De son côté, Jens Stoltenberg fait part de l’inquiétude des pays de l’Alliance face à une augmentation des activités d’espionnage de la Chine constatée en Europe, que ce soit par satellite ou sur internet.

Et au même moment à Washington, le Pentagone confirmait que l’incident du ballon espion n’était pas un coup d’essai. Ces dernières années, au moins quatre dirigeables chinois ont été détectés au-dessus de sites militaires sensibles aux États-Unis.

Des déclarations faites au lendemain du discours sur l’état de l’Union dans lequel Joe Biden affirmait que les États-Unis ne recherchent pas le conflit, mais ne se laisseront pas intimider par Pékin.