Une enquête attribue à Hugues Ngouolondélé une fortune de 122 milliards et plus de 300 milliards au général Ndenguet

0
3356

Si certains Congolais ont du mal à joindre les deux bouts, d’autres par contre en ont marre d’avoir de l’argent. Une enquête interne du pouvoir attribue au retraité douanier et actuel ministre des sports une fortune de quelques 122 milliards cfa et au directeur de la police nationale plus de 300 milliards. Une fortune issue du vol pour le premier et de l’extorsion pour le deuxième.

Avec un salaire officiel de 2 millions de cfa, Jean François Ndenguet s’est drôlement tapé une fortune de plus de 300 milliards cfa, chose impossible selon plusieurs témoignages. Les enquêteurs lient cette fortune du DGPN au racket , à la mafia aux frontières et combines avec les commerçants étrangers.

Par contre la fortune du ministre Hugues Ngouolondélé, gendre du chef de l’État est directement attribué aux détournements des deniers publics. Une grande partie de cet argent serait gardé à Gamboma dans son domaine privé.

Le général Jean François Ndenguet a crée une mafia autour de lui calquant le modèle italien où les commerçants et entrepreneurs étrangers lui versent chaque mois un pourcentage. En retour, Ndenguet leur garanti une protection en dehors des faveurs dans le dédouanement de leurs marchandises au port de Pointe-Noire.

Cette enquête relève aussi le parrainage du général Ndenguet dans la trafic des ressources naturelles Congolaises. Des produits du sous sol sont expédiés vers le Moyen-Orient et l’Asie avec sa complicité moyennant un bon pourcentage.

Le régime de Brazzaville entretient un groupe de prédateurs des caisses de l’État qui ont conduit à destruction totale. Malgré son incompétence avérée et enrichissement illicite, Hugues Ngouolondélé est maintenu au gouvernement pour le simple fait d’être le gendre du chef de l’État.

A son actif on peut citer la sanction de la CAF contre le stade Massamba Debat où joue souvent l’équipe nationale de football.