Un dimanche électorale parti en couilles à cause du PCT…Seul un putsch ou une révolution va sauver le Congo

0
1315

Les élections législatives et locales du dimanche 10 juillet ont été un chaos total sur toute l’étendue de la République, marquées par la vigilance de tous les congolais sur la grande machine frauduleuse du PCT. Un part politique incapable de remporter une élection et qui ne compte que sur la fraude pour s’imposer. Déjà avant même d’aller aux urnes, ce parti politique qui croit grand a invalidé les candidatures de certains de ses potentiels adversaires en toute impunité.

Des cas de fraude orchestrés par le PCT ont été enregistrés partout dans la République du Nord au Sud, et on peut se féliciter de la vigilance des congolais qui en ont désormais marre. À Mouyondzi, les populations ont arrêté plusieurs votants du PCT en possession de plusieurs cartes électeurs et sa candidate Lydia Mikolo a été conspuée par la population.

Des cas similaires se sont enregistrés à Mossaka, Kellé, Ewo, Ouesso, Mbanza Ndounga, Makelekele, Dolisie, Divinie, Pointe Noire et dans le Kouilou. Des centaines des votants ramenés dans les bus d’autres villes par le PCT ont été repérés par les autochtones.

Un cas de fraude du PCT à Mouyondzi démantelé

Il serait mieux que le PCT qui tient les règnes du pouvoir au Congo déclare la fin de cette mascarade du multipartisme et repart au monopartisme afin d’éviter de telles scènes honteuses au pays. On sait tous que les vrais résultats de ces élections ont été déjà boutiqués dans les officines de ce parti.

Un parti qui se dit grand et national ne devrait en aucun cas avoir peur des urnes et de la population de laquelle il se revendique. Tout ne tourne qu’autour de la tricherie au PCT qui ne se gênera pas de se proclamer vainqueur même dans les circonscriptions où le dépouillement a démontrer le contraire.

Le PCT a tellement confiance à la milice armée qui défend à mort ce pouvoir face à un peuple désarmé qu’il ne se cache plus de commettre ses forfaits. Le Congo ne peut continuer à sombrer et a besoin d’un ASIMI GOITA pour le sauver des prédateurs.

Le suicide collectif c’est de poursuivre une politique de d’infantilisation ou le peuple et le gouvernement attendent que ça tombe du ciel pendant que la maladie , la misère et la violence sont entrain de détruire le corps social..